‹ Retour Magazine

N° 11

Juillet / Août
MMHS11

Multicoques Mag

Numéro : 11

Parution : Juillet / Août 2017

Vous aimez cet article ?

aucune note
3747 Clients ont déjà acheté ce magazine
Version numérique 6,50 Produit téléchargeable Acheter le PDF
Version papier -Frais de port offerts 7,50 Acheter le magazine

Produit en stock


Le HORS SERIE de l'été 2017 - Spécial Grande Croisière

Echos du large
A voir – à faire
Autour du monde
Les projets

Shopping
Les indispensables pour partir en voyage

Le grand test de l'été
Quel type de navigateur êtes-vous ?

Achat
Un bateau pour la vie
Union européenne : quand être in – quand être out ?
Et pourquoi pas en gestion ou en sortie de flotte ?

Bateaux
Neufs/occasions : 20 bateaux pour partir autour du monde
La sélection de la rédaction

Préparation
Grande croisière, la préparation en question
La caisse à outils du bord
Une histoire de couleurs : les pavillons

Objectif : tour du monde
Le voyage en bateau, ou le plaisir d'aller au-devant des autres
Où naviguer ? Les meilleurs spots du monde !
Le TOP 20 des plus belles destinations

Nos lecteurs autour du monde
Ils sont partis…
Un catamaran à Venise
Panama, le passage mythique
Surf trip en catamaran de 34'
Faut-il avoir peur de l'inconnu ?

Humeur
Les 10 bonnes raisons pour se décider à partir en bateau

 

 

Le mot du rédacteur en chef

De l'éloge de la lenteur…

Il y a de cela quelques jours, un lecteur du magazine m'appelait à la rédaction pour me raconter son tour du monde en trois ans et demi. Un beau tour du monde que je qualifiais de "rapide"…

"Rapide ?" me dit-il, "Sûrement pas. Un catamaran de 70 pieds vient, semble-t-il, de faire un tour du monde en croisière en… 3 mois ! Voilà un tour du monde rapide".

Trois mois pour faire le tour du monde - on parle ici d'une croisière et non d'une course ou d'un record à battre - semble une aventure bien originale. Ils n'ont pas dû beaucoup profiter des mouillages.

Quoique…

Il y a quelques années de cela, nous tenions un stand sur un salon nautique et devisions gaiement avec les journalistes présents et les lecteurs qui nous faisaient le plaisir de venir nous raconter leurs aventures. Et le sujet vint sur le tour du monde. Nous avions alors sur le stand Gilles Ruffet - journaliste émérite du magazine - qui a fait son premier tour du monde en 18 mois à 20 ans sur un improbable "randonneur côtier", un monocoque en alu de quelques 8,50 m dénommé "Orqua".

Mais pourquoi diable partir pour un tour du monde en 18 mois ?

Pourquoi ne pas profiter de nombreux mouillages en faisant un déjà joli tour de l'Atlantique ?

Pourquoi partir autour du monde sur un tel engin ? Tout simplement parce qu'il voulait voir les Marquises !

Après quelques mois de mer et des escales forcément très courtes, notre marin breton arrive enfin à destination. La réalité est à la hauteur du mythe. Gilles reste donc au mouillage aux Marquises… 48 heures, avant d'entamer la route de retour. Pourquoi si vite ? Pour d'évidente raisons de budget, le jeune homme n'ayant - à l'époque - pas les moyens de rester en mer…

20 ans plus tard, Gilles navigue toujours et continue à écrire dans le magazine. Il est aujourd'hui en Polynésie, sur son bateau, avec sa famille. Et le bougre en profite pleinement, puisqu'il y est depuis plusieurs années et ne semble pas encore prêt à faire route pour rentrer en Europe.

Les raisons qui poussent chacun d'entre nous à appareiller pour un long voyage sont aussi différentes que les bateaux qui nous y emmènent. Le temps disponible, l'argent à disposition, le type de bateau, sa longueur comme l'équipage à bord n'y changeront rien : il y a parfois, dans la vie d'un Homme, le besoin impérieux de vivre autre chose, de se prouver qu'on peut le faire, de vivre - enfin - le rêve d'une vie.

Alors, chiche, on y va ?

A bientôt sur un mouillage
JC Guillaumin
Editeur

 

Vous aimez cet article ?

aucune note

Partagez cet article