Technique

A bord de votre multicoque, évitez les bobos !

Créez une alerte e-mail sur le thème "Technique"

Cela arrive à tout le monde, et même aux meilleurs. A l’image d’Éric Tabarly, qui s’était blessé le pied à Tahiti à bord de Pen Duick III, un accident est le plus souvent douloureux, bien sûr… mais il peut aussi anéantir votre croisière et vos vacances. A l’époque, Eric a dû être rapatrié en France suite à un début d’infection. Pour lui, cette infortune fut bénéfique – il fit la connaissance, lors de son retour forcé en métropole, de Gérard Petitpas, avec qui il continua la glorieuse saga des Pen Duick. Et son équipage était capable de ramener le voilier à bon port. Pour vous, cela peut être beaucoup plus embarrassant : un séjour à l’hôpital dans une contrée lointaine n’est jamais agréable. Et en cas de rapatriement, votre multicoque réclamera sans doute un convoyage. Notre meilleur allié pour éviter les bobos ? Le bon sens, car les risques sont facilement identifiables. On n’évoque pas ici les situations à risques maximum – chute à la mer, et du mât –, mais nos gestes habituels à bord : exécutés avec quelques précautions, ils deviennent bien moins accidentogènes.

Etre vigilant dès l’embarquement

Dès lors que vous posez un pied sur un support mobile, la vigilance est de rigueur. Exemple : quand vous montez sur la passerelle ou sur la jupe arrière, prenez soin de lancer votre sac à bord ou tendez-le à quelqu’un déjà à bord. Cela peut éviter de glisser en se réceptionnant, voire de se faire une élongation ou une entorse. Cette prudence est de mise pendant toute la durée du séjour à bord, et plus particulièrement en navigation. Si les multicoques ne gîtent pas, ou très peu, ils peuvent être sujets au tangage et au roulis par mer hachée. Ne pas courir sur le pont et se tenir toujours d’une main est le minimum. Le port de chaussures antidérapantes s’avère efficace non seulement pour ne pas glisser mais aussi pour se protéger les pieds – une cible idéale pour toutes les pièces d’accastillage qui dépassent sur le pont. Chandeliers, rail et chariot d’écoute de génois, taquets d’amarrage, autres poulies et coinceurs sont autant de pièges pour nos orteils. Et ils se font un malin plaisir à se disperser sur notre chemin… Un grand classique qui peut avoir raison d’un tibia : le fameux piège du capot de pont grand ouvert… Attention également aux capots de coffres. Ils ont une fâcheuse tendance à se refermer sur vos doigts suite à un coup de roulis.

Prudence avec les écoutes, mouillage et moteur HB

Si porter des chaussures est une précaution pour les simples déplacements à bord, cela devient indispensable dès que l’on commence à manœuvrer le mouillage. La manipulation de l’ancre, de la chaîne et du câblot impose d’avoir les pieds bien protégés, sous peine de se faire écraser un orteil. Les actions manuelles sur la ligne de mouillage – rallonger ou raccourcir – demande une vigilance extrême : les gants seront bien utiles pour ne pas se brûler ou se couper. Le maniement des bouts est en général un autre sujet à bobos. Les brûlures sévères sont ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article