‹ Retour Technique

Entretien - L'embase sail-drive

Créez une alerte e-mail sur le thème "Technique"

Les embases sail-drive sont de plus en plus répandues sur nos multicoques : elles permettent en effet de gagner une place précieuse en reculant les moteurs au maximum et en supprimant l’arbre de transmission. Les embases sont des pièces mécaniques en mouvement. Leurs cardans composés de deux renvois d’angle pour transmettre la puissance du moteur à l’hélice peuvent s’user rapidement en l’absence d’entretien. Elles nécessitent de l’attention, d’autant plus qu’elles sont immergées et soumises parfois à de fortes contraintes. Les constructeurs préconisent une vidange toutes les quatre cents heures ou une fois par an. Quant au changement des joints toriques, des joints spi et du soufflet d’étanchéité en caoutchouc, c’est tous les sept ans. Si la vidange est une opération facile à réaliser au moment du carénage, il n’en va pas de même pour les joints toriques et spi, qui peuvent être défectueux suite à un incident sur l’hélice. Le fameux bout dans l’hélice n’arrive pas qu’aux autres, et les conséquences fâcheuses ne sont pas toujours visibles au premier abord. L’hélice bloquée brusquement applique une torsion à ces joints, qui laissent alors passer l’eau de mer dans le mécanisme de l’embase, rendant l’huile de lubrification inopérante. Un contrôle visuel de l’huile peut être fait par le bouchon-jauge sur la tête de l’embase. Mais on n’y pense pas forcément ; comme c’est le cas sur le catamaran de location qui nous a servi d’exemple pour ce reportage, c’est parfois en faisant la vidange que l’on s’aperçoit du problème. Car, faute de lubrification, le risque est de casser l’embase… Pas d’autre solution que de démonter le moyeu de l’embase pour changer les deux joints toriques et le joint spi. L’opération nécessite l’outillage complet du bord, plus un morceau de tuyau à la dimension du joint spi, qu’il convient d’emmener lors des longs voyages.

 


La sortie d’eau annuelle pour le carénage est le moment idéal pour procéder à la vidange des embases sail-drive. Juste avant le grutage, la première opération consiste à faire tourner les moteurs embrayés une dizaine de minutes pour que l’huile chauffe et devienne plus liquide.

 


 


1) La partie intérieure de l’embase est située à l’arrière des moteurs. Dévissez le bouchon : celui-ci, grâce à une graduation, fait également office de jauge de niveau d’huile. Cette jauge permet un contrôle visuel de l’état de l’huile.

 


2) Un premier contrôle visuel permet de déceler d’éventuels problèmes. A vérifier tout d’abord : le niveau d’usure des anodes, qui seront peut-être à remplacer, et l’état des pales de l’hélice – l’embase n’apprécie pas les vibrations.

 


3) La vidange proprement dite ne nécessite qu’un outillage très sommaire – un tournevis à tête plate et un marteau suffiront.

 


4) Ici, la tête de vis du bouchon était obstruée par des salissures. Philippe, le technicien de Tendance Voile, porte un petit coup de marteau, et le tour est joué.

 


5) On place un petit seau en dessous de l’embase ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

S'abonner

Abonnez-vous à Multicoques Mag et profitez de nombreux avantages !

Abonnez-Vous

Partagez cet article