Voyage

Walvis Bay – Namibie

Publié le 23 mars 2018 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Voyage"

Le nombre des mouillages bordant les côtes namibiennes se compte sur les doigts d’une main, mais il y en a un qu'il ne faut absolument pas manquer.

Il s’agit de Walvis Bay. Ceux qui connaissent ce mouillage vont peut être se demander pourquoi. A première vue, il ne donne pas spécialement envie d'y séjourner. Imaginez plutôt une eau verdâtre, infestée de méduses, les étraves pointant vers la ville, certes pas énorme, mais quand même !

C’est bien beau, l’eau turquoise, les récifs majestueux et les cocotiers, mais s’il n’y avait que ça, on aurait vite fait le tour ! Non, ce n'est définitivement pas cet aspect de Walvis Bay que je veux mettre en avant.

Ici, c’est sauvage, et c’est ce que nous aimons. Rares sont les endroits où vous aurez 5 otaries "de compagnie" tranquillement installées, non pas sur les jupes, mais carrément sur la plate-forme arrière du catamaran. Et s’il y n’y avait que ça ? Mais comptez aussi sur des "centaines de milliers" de flamants roses sur votre tribord. Je vais vous dire que vous n’allez pas vous ennuyer !

A terre, ce sont les pélicans qui vous accueilleront les ailes grandes ouvertes !

Et puis, ce n’est pas partout que vous pourrez vivre une tempête de sable sur votre joli cata. Bon, il faut bien avouer que ce n’est pas hyper jouissif et que le nettoyage du pont qui s'ensuit n'est pas des plus agréables…

Mais c’est tout de même assez impressionnant à voir.

Les mirages sont également très courants dans ce coin-là, vous aurez peut-être la chance de voir un coucher de soleil inversé, ou un cargo à plus de 50 milles nautiques parce qu’il se reflète dans le second horizon produit par la couche d’air chaude et la couche d’air froide dues au changement de température soudain.

C’est un tout autre monde, et très dépaysant par rapport à ce que nous pouvons voir habituellement. 

Nous sommes également très proches du désert de Sossusvlei, là où reposent les plus hautes dunes de sable au monde. Walvis Bay est toutefois un excellent mouillage où il est possible de laisser le bateau sur bouée. Vous pourrez donc louer une voiture et partir découvrir les terres, ce que nous avons fait.

En repartant de Walvis Bay, vous ne quitterez pas un mouillage peu attirant esthétiquement, mais un endroit unique et vraiment incroyable à découvrir ! Je garde de ces contrées africaines un souvenir uniquement positif.


Mouillage / position :

La baie est immense, avec plus de 5 milles de long, comptez une heure depuis le phare situé sur la pointe nord de la presqu’île à longer les bancs de sable, dont on ne voit pas la couleur tellement ils sont jonchés d’otaries.

Il n’est d’ailleurs pas rare d’assister à de magnifiques chasses parmi les centaines d’oiseaux et d’otaries bondissantes.

Vous pouvez mouiller à l’ouest de la ville, au plus profond de la baie, devant un petit yacht-club. Il est possible de s’accrocher à une bouée ou de jeter l’ancre. Il est un peu compliqué de savoir à qui appartiennent les bouées, ces dernières étant souvent posées par monsieur Tout-le-monde.

Accroche vaseuse à l’ancre, bien grasse et bien épaisse, autant dire que le pont est content quand il faut la remonter…

Météo :

Ce ne fut pas très compliqué de choisir une fenêtre météo pour remonter la côte sud-ouest d’Afrique. Le vent était tout le temps portant, ou il n’y avait pas de vent du tout…

La navigation est principalement très agréable avec une longue houle de sud et des nuits assez fraîches.

Soyez attentifs, de nombreuses espèces de cétacés sillonnent les environs !

Partagez cet article