Océan Indien

Rodrigues : l'île authentique

Créez une alerte e-mail sur le thème "Océan Indien"

Jangada, après 11 jours d’une traversée plutôt musclée depuis les Cocos Keeling, a jeté l’ancre au matin du 14 septembre dans l’anse de Port-Mathurin, le principal bourg de l’île, situé sur la côte nord. Le corail à cet endroit a été creusé pour aménager un petit port accessible à toute heure de la marée par les deux cargos mixtes qui assurent la liaison hebdomadaire avec l’île Maurice. La seule passe naturelle profonde se trouve au sud-est de l’île, et c’était elle qui était utilisée dans les temps anciens par les navires escalant à Rodrigues, principalement pour y embarquer … des tortues, garde-manger vivant des marins d’autrefois ! C’est là que notre catamaran, au contraire des autres voiliers restés sagement sur rade de Port-Mathurin (mais au prix, avouons-le, de quelques inquiétudes coralliennes nocturnes pour le Captain lorsque le vent soufflera au-delà de 30 nœuds au mouillage), passera l’essentiel de son agréable séjour dans l’île.

 

Un paradis encore préservé 

L’île est entourée par un vaste lagon, généralement peu profond, essentiellement non navigable, sauf pour les nombreuses pirogues de pêche à voile qui le parcourent en tous sens, utilisant, même avec leur très faible tirant d’eau, des itinéraires connus des seuls pêcheurs, dictés par l’heure et le coefficient de marée. A certains endroits, la barrière récifale se trouve à plus de 7 km au large du rivage, tandis qu’elle n’est qu’à une quinzaine de mètres de la côte à Cotton Bay. Le lagon de Rodrigues comprend 18 îlots, certains faits de basalte, comme Hermitage, Destinée, Frégate ou Catherine, d’autres de sable corallien, comme l’île aux Chats ou l’île aux Cocos. Rodrigues est un territoire autonome dépendant de la République de Maurice. De ce fait, la langue officielle des quelque 40 000 Rodriguais est l’anglais. Mais le parler utilisé par les îliens est le créole rodriguais, incroyablement plaisant à l’oreille. La plupart des habitants parlent aussi le français, un souvenir laissé par l’Histoire. Les deux activités économiques traditionnelles sont l’agriculture et la pêche, et depuis quelques années un tourisme sélectif pour initiés, du fait du peu d’infrastructures hôtelières, de la faible production d’énergie électrique et d’eau douce, et de la lenteur des flux de communication. Ces inconvénients, qui perturbent parfois la vie assurément paisible des Rodriguais, ont au moins un avantage : ils ont permis de conserver à Rodrigues un caractère authentique, préservé des atteintes du tourisme de masse, là où l’île Maurice a fait un choix inverse pas toujours heureux...

Dans Port-Mathurin, la rue de la Solidarité côtoie Victoria Street, et sur la carte de l’île, je lis des noms qui sonnent joliment : Camp du Roi, Anse aux Anglais, Pointe La Gueule, Cascade Pistache, Caverne Patate, Ile Paille en Queue, Jardin Mamzelle, Fond La Bonté, Baie Malgache, Rivière Banane, Roche Bon Dieu ou Bois Puant…

 

Ambiance tropicale

A peine débarqué, l’équipage de Jangada se précipite ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article