Océan Indien

Cocos Keeling : l’étonnante histoire d’un atoll…

Créez une alerte e-mail sur le thème "Océan Indien"

Nous avons ralenti cette nuit, pour nous situer à une douzaine de milles au vent de la passe de South Cocos Keeling lorsque la lumière du jour inondera à nouveau la mer. Inhabité, North Cocos Keeling est inaccessible en voilier, l’atoll n’a pas de lagon, pas de passe, seulement une ceinture corallienne sur laquelle la mer brise violemment. Il n’y existe aucun mouillage abrité, et en outre, depuis son classement comme Parc national australien en 1995, tout débarquement y est interdit. South Cocos en est tout le contraire. Un vaste lagon, 27 îles ou îlots, 2 grandes passes, et un excellent mouillage, très abrité des alizés, sous le vent immédiat de Direction Island, une île aujourd’hui déserte. Seul inconvénient de l’atoll de South Cocos : les fonds y sont rapidement très faibles dès qu’on y pénètre, et n’autorisent pas la navigation dans le lagon. Une vedette assure seulement la liaison maritime entre Home Island, à l’est, et West Island. Seules les petites embarcations à faible tirant d’eau peuvent s’aventurer loin à l’intérieur du lagon.

Au mouillage de Port-Refuge, Direction Island…

Les voiliers de passage sont cantonnés au mouillage de Direction Island, malgré tout l’un des plus beaux que nous ayons connus au cours de ce tour du monde. Pour se rendre à Home Island, à 2 ou 3 milles au sud, où se trouvent les bureaux des autorités administratives, une épicerie (avec les prix les plus élevés jamais constatés pendant notre voyage – 10 $ australiens le kilo de pommes), la poste, et un service Internet, il faut utiliser son annexe, et pour autant être attentif au corail, omniprésent. Au petit jour, je cherche la ligne, un peu plus sombre sur l’horizon, des cocotiers de South Cocos. J’aperçois d’abord Home Island, à deux quarts bâbord, puis Direction Island. Même au temps de la navigation électronique – GPS et logiciel Maxsea –, voir surgir de l’océan une île isolée reste pour moi une image magique, un rêve renouvelé, des moments dont je ne me lasse pas. Situées à environ 12° de latitude sud, les Cocos Keeling sont soumises au régime des moussons de l’océan Indien. Mousson de nord-ouest de janvier à mai, et alizés de sud-est le reste de l’année. Territoire extérieur australien depuis 1984, les Cocos sont tout de même éloignées de près de 2 800 km de la ville de Perth, sur la côte ouest australienne, avec laquelle s’effectue la liaison aérienne hebdomadaire. Une autre ligne, empruntée par la population d’origine asiatique, malaise principalement, et par les Européens, relie le petit atoll à Singapour. J’ai sous les yeux une carte des fonds sous-marins de cette région de l’océan Indien. On se croirait en train de survoler les Alpes ! Les deux atolls des Cocos Keeling se sont développés au sommet de deux anciens volcans, aujourd’hui submergés, qui s’élèvent de quelque 5 000 mètres au-dessus du niveau moyen du socle sous-marin. Ces deux montagnes sous-marines de belles dimensions sont reliées sous la mer par un étroit socle sous-marin de 700 ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article