Lagoon 400

Nemesis : Le bonheur d’une année sabbatique aux Antilles

Publié le 01 août 2016 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Lagoon 400"

"Nous sommes arrivés à la nuit tombée sur Gustavia, avec 25 nœuds de vent, et comme nous ne voulions pas prendre une place au port, nous avons bataillé pendant plus de 40 minutes pour attraper, chacun son tour, une bouée devant le port, ouvert au vent et à la houle ! Allez, je vous raconte l’ambiance : houle de travers, lampe frontale vissée sur le crâne, bateaux tout autour et dans tous les sens à cause du vent, je signale l’approche de la bouée, tribord non bâbord, et re non tribord, en faisant signe, 3 mètres, 2 mètres, 1 mètre, stop, je suis pliée en deux sur le trampoline avec ma gaffe, ça monte, ça descend, ça remonte, et hop ! La bouée suit la vague et se glisse sous la coque, recule, trop tard ! On recommence et re-recommence, j’y laisse ma gaffe, qui tombe à l’eau. Grrrrr, je la remplace par le crochet à poissons, ben oui je n’ai que ça sous la main, on va l’avoir, cette fichue bouée, à l’attraper par-devant, sur le côté, derrière, rien n’y fait, ça remue trop : une fois, deux fois, cinq fois, j’en ai marre, tu ne sais pas te positionner, Capitaine ! A toi d’attraper, et moi je pilote. Bon, je me concentre, ça bouge trop, faut pas que je me loupe, le capitaine est furieux, c’est ...

Article paru dans le numéro 178. Pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article