Antilles

Lady’t Bee : des nouvelles étraves à bulbes

Créez une alerte e-mail sur le thème "Antilles"

Qui : Malou & Dominique

Où : Antilles

Bateau : Leopard 474 PC transformé

Blog : www.voyagedenzo.com


 

Une partie considérable du transport de passagers par voie maritime, au départ de Pointe-à-Pitre, se fait à bord de catamarans rapides qui sillonnent l’arc antillais à une vitesse avoisinant les trente nœuds. Ces navires sont équipés de stabilisateurs qui visent à limiter le tangage. Ceux-ci sont constitués de petits ailerons pilotés par vérins et situés aux étraves. Quand nous avons acquis Lady’t Bee, nous n’avons pas, pour des raisons budgétaires, imaginé voir notre ex-Leopard équipé de tels systèmes. Pourtant, le tangage constitue une gêne certaine, préjudiciable au confort à la mer, principalement lorsque l’on progresse droit face aux vagues. En effet, les entrées d’eau sont très fines au niveau de la flottaison, de manière à opposer une moindre résistance à l’avancement. Comme il est indispensable d’adopter une disposition propre à lutter contre l’enfournement, le concepteur a mis un volume considérable dans les hauts (c'est-à-dire au niveau du pont). Côté poupe, le scénario est différent. Les carènes modernes ont des arrières très porteurs, ils « collent » à la mer sans s’enfoncer ni sortir de l’eau exagérément. Tout ceci conduit, lors de la progression dans une mer formée, à l’infernale séquence suivante : une vague pousse l’arrière du bateau vers le haut, l’étrave ayant peu de volume s’enfonce très nettement dans la mer, jusqu’à arriver au volume beaucoup plus important qui a été placé dans le haut. Elle ressort alors comme un bouchon sous la pression, imprimant ce balancement longitudinal que l’on appelle tangage et qui a tendance à ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article