Chronique d'un voyage autour du monde

Les ondes étranges de Mopelia…

Publié le 01 avril 2015 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Chronique d'un voyage autour du monde"

Tôt le 18 août, dès que le soleil a franchi dans l’est la ligne d’horizon, alors qu’à bord tout le monde dort encore, je mets discrètement l’annexe à l’eau, démarre le moteur 15 CV Yamaha, et vais observer l’état de la passe de Maupiti (voir la chronique du no 169). Les conditions me semblent bonnes, le vent souffle à 15 nœuds de l’est-quart-nord-est. Le courant est sortant mais modéré. Le bateau est prêt à appareiller depuis hier soir. Je rentre à bord, verrouille tous les sabords, vérifie qu’aucun bout ne peut passer par-dessus bord, sort les brassières, et me fais chauffer un café noir. Si j’avais eu un havane de Cuba, j’en aurais volontiers allumé un ce matin, peu avant de franchir la passe de Maupiti. Histoire de me sentir vivre un peu plus fort encore. Nous rejoignons le large sans encombre, et envoyons la toile, cap sur Mopelia, à une centaine de milles dans l’ouest. Sans forcer l’allure puisque, de toute façon, il nous faudra attendre le lendemain, et la lumière du jour, pour entrer dans le lagon. Je passe la nuit dans le carré pour assurer un atterrissage particulièrement lent sur l’atoll de Mopelia. Lent, mais sûr. Peu de sommeil cette nuit-là. Il ne ferait pas bon se mettre sur le récif de la côte au vent… Au petit jour, Jangada se trouve légèrement sous le vent de l’atoll, à 2 milles de la passe. Je fais chauffer de l’eau dans la bouilloire, et vais réveiller celui qui est devenu au fil du temps mon second à bord pour les manœuvres : Marin, qui aura 13 ...

Article paru dans le numéro 170. Pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article