‹ Retour Technique

Changez vos hélices vous-même !

Créez une alerte e-mail sur le thème "Technique"

La plupart des constructeurs de catamarans proposent des hélices fixes à deux ou trois pales. Robustes et basiques, ces modèles ont l’avantage d’offrir une bonne propulsion au moteur – en marche avant comme en marche arrière – et surtout de ne pas coûter cher… Ce n'est pas pour rien que les loueurs plébiscitent ce type d’hélice. Mais sous voile, ce n'est pas forcément une bonne affaire… On estime à un bon nœud la perte de vitesse en comparaison avec une unité équipée d’hélices repliables ou orientables. Et un nœud, ce n’est pas rien : sur une transat Canaries/Antilles de 2 700 milles bouclée en 17 jours, soit 6,62 nœuds de moyenne, naviguer un nœud plus vite vous permet de découvrir les lagons turquoise deux grosses journées plus tôt !

Changer les hélices de son multicoque n’est pas aussi compliqué que cela en a l’air – il faut juste un peu de préparation, en particulier pour la sortie d’eau. Il convient tout de même, avant de se lancer, de choisir la bonne hélice. Les modèles les plus basiques sont les becs de canard. On les utilise en compétition. Elles sont peu onéreuses (moins de 1 000 euros pièce suivant la taille du bateau) et offrent une traînée quasi nulle grâce à leurs pales articulées, mais affichent de piètres performances au moteur, particulièrement en marche arrière. Les modèles avec les pales qui se mettent en drapeau sont bien plus efficaces, tout particulièrement celles dont le pas est réglable. Mais elles coûtent deux à trois fois plus cher. 

 

Commander vos hélices

Une fois que vous avez choisi votre modèle, le constructeur (ici J-Prop) vous demandera le sens de rotation, les cotes de vos arbres d’hélice, mais également les caractéristiques des cônes (en bout d’arbre) et de la clavette, le type et la longueur du filetage.

 

Mise au sec

Pour être à l'aise, prévoyez une mise au sec suffisamment longue, surtout s’il est nécessaire de démonter vos anciennes hélices pour connaître certaines cotes. L’échouage le temps d’une marée, même si vous disposez de vos nouvelles hélices, est une opération quelque peu risquée…

 

Démontage des anodes

Une mise au sec est l’occasion de changer les anodes – elles ne durent jamais plus d’une saison. On les démonte en dévissant une ou deux vis.

 

Démontage de l’écrou de serrage

La plupart des hélices sont maintenues sur le cône de l’arbre grâce à une clavette rectangulaire ; le serrage est assuré par un écrou sur le filetage de l’arbre. Pour desserrer l’écrou, aplatir la rondelle qui l’assure, bloquer l’hélice et… dégripper (ou chauffer au décapeur thermique) avant d’y aller franco sur la clé !

Extraction de l’hélice

Extraire l’hélice ne s’effectue pas à coup de masse sur les pales même en utilisant des martyrs en bois ! Il faut le plus souvent utiliser un arrache-moyeu, lequel prend appui sur l’extrémité de l’arbre. A noter : certaines hélices ne nécessitent pas d’extracteur pour être déposées.

 

Ponçage arbre

Votre arbre d’hélice est à nu ; c’est le moment idéal ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article