‹ Retour Chronique d'un voyage autour du monde

VANUATU, L’HEUREUSE DECOUVERTE… 2e partie

Publié le 21 mars 2017 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Chronique d'un voyage autour du monde"

Nous voulions absolument assister à un rite ancestral, une manifestation coutumière spectaculaire : le saut du N’gol. Le Néo-Zélandais Alan John Hackett n’a donc pas vraiment inventé le saut à l’élastique en 1987, il a seulement adapté et modernisé une pratique vue au Vanuatu, non loin de son île natale, et plus particulièrement à Pentecôte.

 

Deux ou trois choses que j’ai apprises sur le rite coutumier du saut du N’gol…

Le saut du N’gol est certainement le rite indigène le plus spectaculaire du Vanuatu. En français, on parle de plongeon terrestre, en anglais, de land diving. Ce rite initiatique a peut-être été pratiqué dans d’autres îles des anciennes Nouvelles-Hébrides, mais depuis des décennies, il n’a subsisté que dans le sud de l’île de Pentecôte. Et plus exactement dans trois villages de la côte sud-ouest de l’île, dont deux sont anglophones et un seul francophone. Le saut du N’gol, qui est lié dans la coutume à la récolte de l’igname – le légume le plus prisé dans ces îles – mais aussi à la qualité de la fibre végétale utilisée pour le saut, n’est pratiqué que pendant 2 mois de l’année environ, de mi-avril à mi-juin. Il a normalement lieu aussitôt après la récolte des premières ignames. Nous nous sommes renseignés lors de notre passage à Lamap (Port-Sandwich) sur l’île de Malekula. Le village francophone qui nous intéresse s’appellerait Saint-Joseph, et il serait situé dans l’une des baies les plus sud de la côte ouest de Pentecôte. Nous sommes à la bonne ...

Article paru dans le numéro 182. Pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article