Voyage

Traverser un océan : un rêve accessible !

Créez une alerte e-mail sur le thème "Voyage"

Traverser un océan, qu'il s'agisse d'une transat, d'une transmed ou d'une transpac, est toujours un évènement à part dans une vie de marin. C'est un moment fort, l'aboutissement d'un rêve et parfois le moment de faire le point avec soi-même en profitant d'une quinzaine de jours (au moins), seul, en famille ou entre amis, au milieu de l'océan, sans autre horizon que le bleu de la mer, à la poursuite d'un mythe que vos lectures d'adolescent ont magnifié. Alors, pour que la réalité soit à la hauteur du rêve, voici quelques conseils pour se préparer au mieux et vivre à fond cette expérience…

Le rêve d'une transatlantique

Cap plein ouest... La route est facile, il suffit de suivre le soleil !

Le bon équipage

La transat, à proprement parler, commence en général aux Canaries pour se finir sur l'une des îles des Antilles (mais il y a des variantes – voir pages suivantes). La transpacifique partant généralement de Panama ou de la côte ouest des USA pour rejoindre la Polynésie ou Hawaï. Des traversées qui durent en général entre deux et quatre semaines, selon le parcours, l'état de la mer, du vent, de votre bateau, et bien sûr de l'équipage… Car une traversée réussie doit être partagée avec des équipiers qui ont envie de vivre la même histoire que vous. Alors, avant de vous lancer, se poser la question de l'équipage est primordial.
La traversée en famille a souvent les faveurs des pères, recherchant à vivre à la fois leur rêve d'adolescence et un moment intense de partage avec femme et enfants. C'est alors un vrai bonheur si votre famille assume parfaitement le projet. Car il faut bien se poser la question de savoir si vos enfants vont vraiment apprécier la traversée. En général, cela se passe bien. Mais le temps peut sembler long aux enfants trop jeunes pour prendre part aux manœuvres, et il est fort probable que le côté "mystique" des milliers de vagues à escalader leur échappe…
La solution consiste alors à partir entre amis. Là encore, il faut que le programme soit parfaitement assumé et compris de tous. Rien de pire qu'une transat avec un régatier en herbe, souhaitant changer les voiles toutes les demi-heures (un coup le spi, un coup le gennaker, avant de tenter une option radicale en météo...), si le reste de l'équipage cherche juste à vivre un moment de plénitude, et profiter de la parenthèse qu'offre cette traversée pour relire l'intégrale de Proust ou les aventures de Harry Potter (rayer la mention inutile !).
Enfin, il existe la possibilité de partir en solo… Réservée aux marins aguerris, cette solution permet de vivre pleinement son rêve, mais ne permet pas de partager cette expérience !

Le rêve d'une transatlantique

En traversée, la préparation des repas et la pêche sont les occupations principales…

Le bon bateau et le bon timing

S'il existe des exemples de traversées sur des "coquilles de noix" – la première traversée de l'Atlantique en cata de sport date de 1986, et Alessandro di Benedetto est toujours le seul à avoir traversé le Pacifique en solo et en cata de sport ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article