voyage en famille

Navigation aux antipodes…

Publié le 01 avril 2016 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "voyage en famille"

Partir naviguer autour du monde, souscrire à la tentation mystique de cette aventure-là, c’est accepter de se confronter à l’espace, parfois dans un face-à-face loyal avec la Nature. C’est savoir que l’on éprouvera tôt ou tard les aléas d’une existence dont on a souhaité qu’elle vous éloigne, au moins pour un temps, de projets normalisés politiquement corrects, c’est-à-dire socialement conformes. Partir, ce n’est surtout pas fuir, non. Seuls les fieffés sédentaires qui ne sont jamais partis et ne partiront jamais le disent, en se trompant de registre, de ceux qui osent. Non, partir, ce n’est pas fuir, c’est défier. A commencer par se défier soi-même. Certains n’iront pas plus loin. Car la beauté de ce geste implique courage, détermination, constance et enthousiasme.
Evidemment, je raconte souvent les escales de notre voyage. Mais, pour boucler un jour sa rotation planétaire, il faut tout de même naviguer un peu de temps en temps ! Tracer son sillage sur la mer. Avec obstination. Centaines de milles après centaines de milles. Au fil des semaines et des mois. Pas toujours facile…
Ce jeu magnifique de la liberté retrouvée a néanmoins son mode d’emploi. Se démerder pour être toujours au bon endroit au bon moment est une des règles de base. Ne pas laisser trop de place au doute en est une autre. Ceci dit, chacun son truc, les longues traversées océaniques, moi, ce n’est pas ce que je préfère. Elles ne me dérangent pas, attention, j’aime la haute mer. Mais je préfère les ...

Article paru dans le numéro 176. Pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article