Voyage

Les escales de Multicoques Mag : La Réunion : L’île intensément… plurielle !

Publié le 01 février 2016 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Voyage"

Au large de Madagascar, non loin du continent africain, baignée par les eaux de l’océan Indien…, situer géographiquement La Réunion, archipel qu’elle forme avec Maurice, sonne déjà comme un poème, une invitation au voyage. Moins facile d’accès que ses sœurs des Antilles, moins connue que la Polynésie, cette île française vaut pourtant le détour, alors, que dire si elle se trouve sur votre route ! Mer Rouge ? Golfe d’Aden ? Entre piraterie et conflits, la route du tour du monde par les alizés passe par cette île à découvrir. Une fois contournée l’Australie par le nord, vous avez quitté Darwin. Aucune escale ne mérite d’être la dernière, et les lendemains ont des noms enchanteurs : Indonésie, Maldives, Seychelles. Mais pas plus loin. Car cette route qui vous emmène toujours plus au nord-est est une sirène. Au moment de redescendre vers la porte de sortie que constitue le cap de Bonne-Espérance, plus vous serez à l’est, plus l’angle avec les alizés de sud-est qui soufflent tout au long de l’année dans cette partie de l’hémisphère sud sera fermé. Vous ne faites pas partie des fans de plongée sous-marine pour lesquels les Maldives sont un paradis ? Vous pouvez donc opter pour la route la plus directe, qui passe par Christmas Island puis Cocos Keeling, îles australiennes depuis lesquelles vous filerez directement sur l’île Maurice. Dans l’est-nord-est de La Réunion, et avec Rodrigues dans son est, elles forment à elles trois l’archipel dit "des Mascareignes", du nom de l’explorateur portugais qui l’aborda au XVe siècle.

Esacale à la Réunion

Le lagon peut se montrer calme et magnifique…

La Réunion est une île que les marins aimaient et redoutaient autrefois. Ils la redoutaient car la météo et le profil des côtes ne sont pas des plus hospitaliers, et la saison cyclonique joue parfois les prolongations. Pourtant, les vents de sud-est étant d’une constance inaltérable, la côte ouest, ou "côte sous le vent", est une valeur sûre pour s’abriter, même si, en nombre, les abris sont limités. Bordés de récifs coralliens, formant autant de lagons sièges d’une biodiversité remarquable, ils constituent une protection naturelle contre les assauts de la mer. Trois mouillages principaux sont à recommander. St-Paul, tout d’abord dite "baie du meilleur ancrage" et surtout mouillage historique où les premiers Français débarquèrent au XVIIe siècle. Sa plage de sable noir est un marqueur géologique de l’île. Chauffé au soleil, il brûlera les pieds les plus sensibles. Deuxième possibilité, Saint-Gilles, station balnéaire qui offre aussi un port, mais peu adapté aux circumnavigateurs. Enfin, on peut mouiller devant le port de St-Leu. Une longue plage de sable blanc, le lagon, un joli petit port de pêche et… la houle qui en fait un spot de surf connu mondialement. A ne retenir que par très beau temps donc, avec un alizé ni trop fort ni trop de sud dans son est ! Dans ce dernier cas, et même en cas de cyclone, deux ports modernes vous accueillent en toute sécurité : le port de ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article