Technique

VOILES - Quels tissus pour la GV et le génois

Créez une alerte e-mail sur le thème "Technique"

Un multicoque doté d’un gréement passera à priori bien plus d’heures sous voile qu’au moteur. La garde-robe est donc un élément essentiel ; c’est elle qui va nous propulser sans limite et offrir toute son autonomie de déplacement à notre cata ou notre tri. Passer les voiles au crible, c’est bien sûr s’intéresser aux tissus qui les composent. Les propriétés et les qualités des matériaux retenus vont déterminer le profil de la voile la plus adaptée à votre programme, à votre façon de naviguer et à votre budget. Les multicoques de série sont en général pourvus de voiles en Dacron en première monte chantier. Cela correspond à la majorité de la demande – celle des loueurs en particulier –, mais beaucoup d’entre nous apportent un soin particulier au choix du tissu pour faire confectionner des voiles plus performantes, que ce soit en longévité, en agrément d’utilisation ou bien en vitesse. C’est d’autant plus important que les charges de travail sur les multicoques, avec un couple de rappel supérieur, sont plus fortes d’environ 20 % que celles enregistrées sur un monocoque. Un grammage idéal de 450 g/m² pour une GV d’un monocoque de 50 pieds sera bien adapté pour un catamaran de tout juste 40 pieds. Au sein de la famille multicoque, des différences sont également à relever : un trimaran large, très toilé et doté d’un mât carbone fera subir à ses voiles des charges bien supérieures à celles d’un catamaran de croisière à longueur égale.


En standard, la plupart des multicoques de grande série sont équipés d’un jeu de voiles en Dacron avec une coupe en laize horizontale.
Un choix cohérent jusqu‘à 40 pieds pour peu que l’utilisateur ne soit pas trop exigeant.
Au-dessus de 45 pieds, on peut passer à des tissus plus sophistiqués, comme un Dacron haute ténacité en coupe tri-radiale.

 

TROIS FAMILLES DE TISSUS

Pour répondre à ces contraintes très diverses, le choix est grand parmi les matériaux disponibles – leurs noms sont évocateurs de haute technologie, mais comment s’y retrouver ? Vous n’aurez bien sûr pas les mêmes besoins suivant que vous faites un tour du monde ou de la course au large sur un 55 pieds ou que vous naviguez pour quelques heures à bord d’un day boat de 35 pieds pour aller pique-niquer aux îles. Trois grandes catégories de tissus – ou plutôt de matériaux composites, devrait-on écrire, car le tissu des voiles aujourd’hui est le plus souvent hybride et composé de plusieurs éléments : les tissés, les laminés et les membranes monoblocs.

Le rapport de prix entre les plus basiques et les plus sophistiqués court de 1 à 4, ce qui justifie évidemment d’avoir cerné son cahier des charges avant de passer commande. La mise en œuvre et la coupe sont des tâches particulièrement complexes, à même d’influer sur la qualité finale des voiles – les maîtresvoiliers seront logiquement vos précieux alliés pour vous aider à opter pour le meilleur choix.

LES TISSÉS

C’est le type de tissu moderne le plus… ancien. Il se compose de fibres ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

S'abonner

Abonnez-vous ? Multicoques Mag et profitez de nombreux avantages !

Abonnez-Vous

Partagez cet article