Technique

B.A.-BA du cata - Réparez vos voiles (avant de les emmener chez un pro)

Créez une alerte e-mail sur le thème "Technique"

ACCROC DANS LE SPI


Le point d’amure de ce spi vient de lâcher, à ras du renfort. Une avarie pas si rare quand le vent est bien établi.

EN MER. Le spi ne s’abîme une fois hissé seulement par brise très soutenue. Avec des conditions maniables, c’est lors de l’envoi et de l’affalage que les goupilles, anneaux brisés et autres barres de flèches – mal protégés – se font un malin plaisir de déchirer le nylon. Lors des empannages, c’est le bout-dehors voire le radar qui peuvent perforer la bulle. Tant que la déchirure n’excède pas 30 cm, le spi peut tenir le coup. Le tissu se déchire le plus souvent à l’intérieur d’une laize. Les coutures stoppent le processus. A condition d’appeler l’Insigna à la rescousse ! Découpez une pièce, arrondissez les angles et collez. Même chose de l’autre côté. Réparez vos voiles (avant de les emmener chez un pro) ACCROC DANS LE SPI Le point d’amure de ce spi vient de lâcher, à ras du renfort. Une avarie pas si rare quand le vent est bien établi.

A TERRE. Nettoyage à l’acétone avant la pose d’un patch adhésif en cas de simple accroc. Pour une déchirure plus importante, le nylon est mis à plat et piqué par les trous de couture. Une pièce est découpée, collée et cousue. L’ancien tissu est découpé de l’autre côté. Il est également possible de remplacer une ou plusieurs laizes.

COULISSEAU (OU CHARIOT) DE GRAND-VOILE ARRACHÉ

EN MER. Lors de l’affalage de la grand-voile ou d’une prise de ris, si la balancine n’est pas reprise et la bordure très tendue, la bôme a tendance à descendre vers le bimini – ou le cockpit. Le dernier coulisseau – celui du bas – encaisse alors une traction très importante… parfois jusqu’à l’arrachement. Les conditions sont maniables ? Contentez-vous de déralinguer le coulisseau abîmé. Mais si le vent rentre, prenez un ris un peu plus tôt que d’ordinaire pour soulager la charge du coulisseau supérieur.

A TERRE. Après démontage de l’œillet, une bande de tissu est cousue à l’endroit abîmé. Comme pour le spi, le tissu ancien est découpé au dos de la pièce. Un renfort triangulaire est ensuite cousu avant la pose d’un nouvel œillet. Il ne reste plus qu’à revisser le coulisseau ou le chariot.

GOUSSET DE LATTE DÉCHIRÉ

EN MER. Une prise de ris qui s’éternise ou une situation qui impose de ralentir : la grand-voile faseye, imprimant des mouvements violents… jusqu’à ce qu’un fourreau de latte cède. Première chose à faire : affaler rapidement pour reprendre le contrôle : si la latte s’engage trop vers l’avant, elle peut percer la voile une deuxième fois, et surtout se bloquer dans les barres de flèches. Une fois la voile sur le pont ou à l’intérieur, on perce la voile, et la latte côté chute. Attention à la poussière de fibre de verre : ça gratte ! Puis on passe une simple garcette pour bloquer le tout. Ce montage tiendra jusqu’à la fin de la croisière.

A TERRE. Avec son découd-vite, sorte d’aiguille coupante, le voilier se débarrasse des anciennes coutures et de la pièce abîmée. La nouvelle ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article