Technique

Refit : ou comment rénover entièrement son multicoque !

Créez une alerte e-mail sur le thème "Technique"

Les raisons de mettre en route un refit peuvent être nombreuses, et vous allez peut-être vous reconnaître dans une des situations qui suivent. Si vous êtes le propriétaire d’un multicoque, après une longue absence des plans d’eau durant laquelle vous avez délaissé un tant soit peu l’entretien, vous voulez en profiter à nouveau. Une mise à niveau sécurité s’impose pour remettre le bateau en état de naviguer. Deuxième cas de figure : vous envisagez un long voyage, et une adaptation technique est déterminante pour matcher avec les exigences d’une transatlantique, voire plus. Autre possibilité, votre multicoque a connu une avarie : une réparation est nécessaire. C’est peut-être l’occasion de faire d’une fortune de mer deux coups en entamant des réfections et améliorations pendant que certaines parties du bateau vont être démontées et le bateau immobilisé. Moins fréquent : vous souhaitez vendre votre multicoque, et une préparation cosmétique s’avère nécessaire pour présenter votre unité sous un meilleur jour. Ce cas est le plus rare car « c’est plutôt l’acheteur, désireux de s’approprier son engin, qui va le plus souvent se lancer dans des travaux de rénovation », nous précise Sidonie Humberlant de chez Grand Large Yachting. Là encore, plusieurs scénarios sont envisageables. En fait, que ce soit avant ou suite à un achat, c’est l’âge et l’état du bateau en rapport à vos capacités et vos moyens financiers ainsi que vos objectifs de navigation qui vont prescrire le refit. La relativité du coût du refit sera toujours liée avec votre programme de navigation et votre curseur performance/confort.

Un refit, qu’est-ce que c’est, au juste ?

En fait, le mot refit, ce sont deux courtes syllabes qui englobent de nombreux process – d’une simple remise en navigabilité à une reconstruction presque totale, en passant par la remise à niveau technique et/ou esthétique. Comme le plus souvent dans nos dossiers, nous prenons notre modèle étalon, le catamaran de série de 40-45 pieds. C’est notre panier de la ménagère à nous, notre familiale cinq portes, flottante et capable de vous emmener à l’autre bout du monde. Commençons par le cas le plus simple. Pour une unité de moins de cinq ans, l’essentiel sera d’effectuer un entretien des moteurs, du gréement, des voiles, de l’accastillage, du parc batteries et du circuit électrique, ainsi qu’un sérieux carénage comprenant une remise à nu du gelcoat. Vous pourrez ensuite garder du budget pour agrémenter votre monture d’équipement de confort et de navigation qui vous plairont, comme un gennaker, un désalinisateur ou de l’électronique dernier cri. Ce sont des opérations assez banales qui ne réclament pas un gros budget. Il faut compter environ 1 000 €* par moteur, 1 000 € pour la vérification des voiles, 500 € pour diverses poulies. Le budget batteries peut être lui plus conséquent si vous voulez augmenter la capacité du parc ou ajouter des panneaux solaires. 720 Ah au lithium-ion vous coûteront aux alentours de ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article