Technique

Refit : folie ou bon plan ?

Publié le 01 février 2015 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Technique"

Vous vous attendiez peut-être à des débuts plus "sexy", mais soyons pratiques d’entrée, si on veut quitter le port, il faut que les moteurs fonctionnent ! Et pour cela, il faut qu’ils démarrent. Vérifier que les batteries sont en bon état est une action des plus simples. Qu’elles se rechargent bien quand le moteur tourne en est une seconde d’importance, surtout si vous vous décidez à les changer.

Dans tous les cas, pour partir avec un maximum de sérénité, prévoyez a minima une importante révision : vidange, filtres huile air gasoil, turbine, courroies. Vous pouvez d’ores et déjà budgéter 800 euros TTC par moteur. Si vos engins ont beaucoup d’heures, à ce travail de base, il faudra idéalement remplacer les silent-blocks, faire tarer les injecteurs, le jeu des soupapes et réviser l’échangeur, ce qui devrait entraîner un surcoût d’environ 2 000 euros TTC par moteur. A ce niveau de facture, si plus de travaux sont à prévoir, autant dire qu’il vaut mieux repartir sur un échange standard (moteur reconditionné pour 5 000 euros environ par moteur) ou un radical changement pour du neuf, mais la facture s’envole alors à plus de 12 000 euros l’unité.

Sur une unité d’occasion, de nombreux acquéreurs sont tentés de remplacer leurs moteurs par des modèles plus puissants. Même si d’origine les constructeurs proposent effectivement deux motorisations, la plus faible ne peut pas être totalement inadaptée. En effet, au risque de la lapalissade, ce n’est pas le moteur qui fait avancer le bateau, mais l’hélice ! Avant de vous lancer dans l’aventure périlleuse et coûteuse d’un changement de motorisation, nous ne saurions que trop vous conseiller de vous pencher sur l’adaptation d’une hélice plus performante. Pour une fraction du prix d’une sur-motorisation, vous pouvez vous offrir une hélice à pas variable haut de gamme qui vous apportera un surcroît de puissance, notamment en marche arrière, et une moindre consommation (gagner 500 tr/min à vitesse égale est très réaliste). Comparées aux hélices fixes, elles offrent une traînée bien réduite sous voile et leur pas réglable permet de les adapter à la situation : longue traversée dans la pétole ou courts bords contre le vent dans une mer hachée. A environ 2 000 euros l’unité, c’est un très bon investissement.

Bien préparer le refit de son multicoque

Après une bonne révision et une excellente préparation, un bateau d'occasion pourra vous emmener jusqu'au bout de vos rêves…

Maintenant que nous sommes "sortis du port", il est temps de s’intéresser à un autre "moteur", vélique celui-là ! A commencer bien sûr, question de sécurité, par son support, le gréement. Un simple contrôle visuel confirmera que les barres de flèches sont en bon état, sans fissure et sans enfoncement dans le mât. Si le bateau est très ancien, il faudra changer ce que l’on appelle "les diagonaux". S’ils ont plus de dix ans, on changera sans hésiter les haubans. C’est d’ailleurs le plus souvent une obligation qui figure dans votre contrat d’assurance. Enfin, au moindre doute, ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article