Chavirage

Et si on brisait le tabou ?

Le risque de chavirage est un sujet bousculé par la confusion des genres avec les surpuissants multicoques de course au large, le conservatisme des inconditionnels du monocoque et les importants enjeux commerciaux. Bref, nous nous attaquons à un tabou pour beaucoup dans l’univers des voiliers à deux ou trois coques. Plutôt que de se focaliser sur des faits divers, Multicoques Mag vous propose une approche rationnelle du sujet afin d’y voir plus clair.

La scène se déroule sur un grand monocoque de croisière tout neuf lors d’un essai presse ; le constructeur a invité un prospect sérieux à se joindre à nous. L’acheteur potentiel ne tarit pas d’éloges – tout à fait mérités – sur le fier navire, pour le plus grand plaisir du directeur marketing du chantier, également présent à bord. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque les deux se mirent d’accord pour dire que jamais ils ne partiraient en grande croisière en multicoque, qu’ils ne traverseraient même pas l’Atlantique par les alizés à la belle saison sur un catamaran de croisière sous l’éculé prétexte qu’un multicoque serait « aussi stable à l’envers qu’à l’endroit ». Moi qui avais été si discret jusqu’alors, taisant ma passion intime pour les multicoques pour ne froisser personne, j’ai perdu toute diplomatie – mon sang n’a fait qu’un tour. Je me suis entendu répliquer une sentence que je pensais avoir oubliée : « Comme le monocoque est aussi stable sur l’eau qu’au fond » ! Autant vous dire qu’une bise glaciale s’abattit brutalement, si ce n’est sur la baie de Cannes, au moins sur l’atmosphère du cockpit, soudain devenu fort exigu…
Méconnaissance et amalgames ont permis à de tels préjugés de perdurer. Les régates et la course au large ont largement contribué à cette (mauvaise) réputation. Mais les ratios des libellules de course ne sont pas du tout les mêmes que ceux de nos multicoques de croisière. Et même dans l’extrême, il y a une gradation. Un trimaran Ultim décolle autour de 16 nœuds de vent, un Ocean Fifty navigue sur un flotteur dès 13-14 nœuds de vent, quand un 60 pieds Orma se contentait de 11,5 nœuds. Plus extrême encore, le trimaran BMW Oracle de la Coupe de l’America lève la patte dès 7 nœuds, un véritable bateau de lac ! D’ailleurs, à bord d’un Decision 35, si le vent monte à 20 nœuds sur le lac de Genève, le bateau devient ingérable. Alors au large, en solitaire, le risque est décuplé, car les temps de réaction sont rallongés alors que l’anticipation est plus que jamais nécessaire. Revenons à nos multicoques de croisière. Ecrivons-le tout net : le risque de chavirage est insignifiant sur le plan statistique : on ne compte, ces dernières années, que 1 à 5 chavirages de multicoques de plus de 30 pieds (on ne parle pas ici des naufrages ou des pertes totales causées par des cyclones comme Irma) par an pour 15 000 multicoques de croisière naviguant, soit un risque de 0,017 % par an. A l’échelle d’une vie de bateau – 40 ans –, on atteint 0,67 %. A comparer avec le risque d’accident de voiture – 1 tous les 70 000 km (en France selon la Sécurité Routière), soit 1 tous les 7 ans (kilométrage moyen d’une voiture de 10 000 km/an dans le monde). 0,017 % de risque de chavirer pour un multicoque chaque année, contre 14 % d’avoir un accident sur la route pour une voiture, voilà qui pose le débat, non ?
Cependant, même insignifiant, le risque de chavirage sur un catamaran ou un trimaran de grande série existe. La preuve ? Il est encadré par ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

S'abonner

Abonnez-vous à Multicoques Mag et profitez de nombreux avantages !

Abonnez-Vous

Articles les plus lus dans cette catégorie

Voir tous les articles

Numéro en cours

MM 225 - juin/juillet 2024

Découvrir le numéro

Articles sur le même thème

Abonnez-vous

Toute l'actualité à partir de 3€ / mois

S'abonner au magazine

La vidéo du mois

Notre dernier hit YouTube!

Regarder la vidéo

Le Multihull of the Year

Les résultats 2024

Découvrer les résultats
pour vos achats, consultez

Les petites annonces

Toutes les annonces
A vendre Catana 582
Visible :
Saint Vincent, Saint-Vincent-et-les Grenadines
Année :
2005
880 000,00 ht$
CATANA 58
Visible :
Polynésie Française
Année :
2001
749 000,00 ttc€
Catana 55 2013
Visible :
Le Marin, Martinique
Année :
2013
820 000,00 ttc€