Voyage

TOUR DU MONDE ALTERNATIF Quand on navigue en ville !

Créez une alerte e-mail sur le thème "Voyage"

Parfois, à seulement quelques milles ou juste un peu plus loin des "autoroutes du soleil", du nord au sud, d’est en ouest, il y a des villes, parfois tout un pays, qui méritent le détour, les bords de près, la mer hachée, les pieux plantés... Premiers choix, forcément subjectifs, de destinations décalées, originales, reculées, oubliées, rêvées, poétiques...

Tour du monde alternatif

La photo devant la Statue de la Liberté : un des musts des souvenirs d'un tour du monde. Encore faut-il aller naviguer jusqu'à New York !

Les grandes villes : magnifiques oubliées



Dans toute année sabbatique, retraite, précoce ou pas, voyage actif ou hédoniste, il y a quelque part une quête de sable blanc et de cocotiers. Mais l’être humain habite majoritairement – depuis 2006, d'après les statistiques – en ville. Architecture, vie culturelle, instinct grégaire, elles nous fascinent autant qu’elles nous repoussent. Aborder une mégapole côtière en bateau apporte un recul au délicieux goût de luxe. A la fois une distance rassurante et une issue de secours toujours disponible. C’est la possibilité de contempler à distance et sous un angle décalé, donc forcément privilégié, les plus beaux ou les plus mythiques des monuments. D’observer avec une certaine fascination, mais sans regret, le rythme effréné, la vie trépidante, bruyante de milliards d’êtres humains. Pour se réfugier le soir venu dans le cocon douillet du carré. Quel plaisir potache d’aller assister à des concerts au moyen improbable d’une annexe semi-rigide, de visiter les plus beaux musées, les expos les plus "tendance", chaussures de pont salées aux pieds. La liste n’est pas exhaustive, et je vous invite à nous envoyer vos idées, mais je vous livre quelques pistes du fond de mes rêves. New York en premier, bien sûr. Voir son mât par l’effet de perspective, tutoyer Verrazano Bridge. Se diriger vers Ellis Island et réussir le plus beau des virements de bord devant la Statue de la Liberté. Qui va dans l’annexe pour immortaliser l’instant ? Cliché ! Puis aller s’amarrer au pied des tours en plein cœur de Manhattan, comme les grands trimarans avant un record de la traversée de l’Atlantique. A l’autre bout du continent américain, tout au sud, il y a Rio : plages, musique, caïpirinha et beautés troublantes sont mondialement reconnues. Mais savez-vous que sa baie mythique abrite sans nul doute l’un des plus beaux clubs nautiques du monde. Il sera certainement difficile de s’y amarrer en 2016 lorsque la mégapole brésilienne accueillera les Jeux olympiques. Les épreuves de voile seront basées à un petit kilomètre de là, Marina de Gloria, sur la plage de Flamengo. Pourtant, le "Iate Clube Do Rio De Janeiro" est unique en son genre. Sis au pied du célèbre Pain de Sucre, à deux pas du sable doré de Copacabana, il occupe un ancien aérodrome. Une surface incroyable, une respiration, au cœur d’une ville pour laquelle le terme "pression démographique" a dû être inventé. Les hangars aux formes semi-ovoïdes, témoins du passé aérien ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article