Nawaks

« We Survived the Wild Coast » !

Nous avions laissé l’équipage de Nawaks en Australie, les voici à présent arrivés en Afrique du Sud, où les conditions de navigation ne laissent pas le temps de s’ennuyer !

Qui : Anne-Sophie et Loïc, Océane (10 ans), Eléonore (7 ans)
Où : East London, Afrique du Sud
Multicoque : Outremer 45 (première génération) Facebook : @Nawaks.Outremer.45
Pour relier East London depuis Richards Bay, il a fallu attendre une fenêtre météo suffisamment longue pour parcourir les 335 milles. Nous avons dû remplir de nombreux formulaires et obtenir l’autorisation des autorités portuaires pour prendre la mer. Tous les déplacements ici sont soumis à autorisation, et sont suivis par le port de départ et celui d’arrivée. Aucune place n’est laissée à l’improvisation ! Nous avons profité d’un créneau météo sans vent sur les deux tiers du parcours, portés par le courant des aiguilles avec une mer dont l’état aura beaucoup varié (haute ou courte, façon dunes du désert) : tous les modèles se sont offerts à nous ! Baleines et dauphins étaient aussi bien sûr au rendez-vous avant que le vent ne rentre progressivement au portant à plus d’une trentaine de nœuds, puis nous avons eu juste le temps de gagner un abri avant que ne revienne le vent de sud. Ici c’est comme ça : c’est du tout ou rien. Nous avons gagné notre T-shirt « I Survived the Wild Coast » ! Il est de toute façon impossible de naviguer avec du vent de sud, car ce dernier fait face au courant des Aiguilles, qui court de 3 à 6 nœuds vers le sud. Cela crée des conditions de mer dantesques qui interdisent la navigation.
Une fois arrivés au Yacht Club de East London, après 36 heures de navigation, nous avons été extrêmement bien reçus : pas moins de six personnes nous attendaient sur le ponton pour prendre nos amarres, tandis que le feu de bois était déjà en préparation pour le braai du soir. En à peine cinq minutes, nous étions déjà à terre et en très bonne compagnie. De plus, les filles ont immédiatement trouvé une copine. Nous étions seulement deux bateaux de passage : nous avons passé trois jours au soleil, sous la chaleur la journée et la fraîcheur la nuit dans le cocon du club avec braai tous les soirs. Le lendemain, un nouveau créneau s’offrait à nous pour rejoindre Knysna à 280 milles de là, avec au programme 30 à 40 nœuds. C’est le moment de dire bye-bye à nos nouvelles amitiés, et de laisser un mot dans le livre d’or rempli par les marins de passage depuis 1987. Merci au Buffalo River Yacht Club pour cet accueil chaleureux !

Articles les plus lus dans cette catégorie

Voir tous les articles

Numéro en cours

MM 225 - juin/juillet 2024

Découvrir le numéro

Articles sur le même thème

Abonnez-vous

Toute l'actualité à partir de 3€ / mois

S'abonner au magazine

La vidéo du mois

Notre dernier hit YouTube!

Regarder la vidéo

Le Multihull of the Year

Les résultats 2024

Découvrer les résultats
pour vos achats, consultez

Les petites annonces

Toutes les annonces
A vendre Catana 582
Visible :
Saint Vincent, Saint-Vincent-et-les Grenadines
Année :
2005
880 000,00 ht$
CATANA 58
Visible :
Polynésie Française
Année :
2001
749 000,00 ttc€
Catana 55 2013
Visible :
Le Marin, Martinique
Année :
2013
820 000,00 ttc€