Voyage

L’ECLECTIK - Nuits tranquilles – ou presque – à Ua Pou, aux Marquises…

Créez une alerte e-mail sur le thème "Voyage"

Qui : Maryline, Jean-Philippe, Chloé, Celia
Où : Ua Pou, Marquises
Multicoque : Fountaine Pajot Lavezzi 40 www.facebook.com/Sailingtripfamily www.youtube.com/c/SailingTripFamily


 

Il était 22 heures quand un bruit de frottement contre la coque a attiré notre attention. Malgré la digue qui protège partiellement la baie, un résidu de houle y rend le mouillage rouleur. Les vents sont assez instables : il est nécessaire de mettre en place un mouillage arrière pour conserver l’axe du bateau dans le sens de la houle. Aux Marquises, il y a des marées. Nous avons mouillé à marée haute, nous étions alors bien tendus sur l’avant et sur l’arrière. Mais quand la marée est descendue, nous nous sommes retrouvés avec du mou dans les deux lignes de mouillage. Et ce qui devait se passer arriva : le bout arrière s’est enroulé autour du safran. Il fallait réagir vite pour éviter une avarie. J’avais plusieurs options, la première consistant à couper le bout, mais après une rapide réflexion, j’oubliai cette idée : nous ne serions alors plus manœuvrants, et trop proches des voisins. Mary m’a alors suggéré de me jeter à l’eau, mais non merci ! Trop de houle, et pas certain que je sois ici le seul prédateur (…). Il ne restait donc qu’une seule solution envisageable, faire reculer le bateau pour donner du mou sur l’arrière. J’ai mis l’annexe à l’eau, et après plusieurs tentatives, le bout s’est enfin dégagé. Mais il était écrit que cette nuit devait être pleine de rebondissements. Un peu plus tard, l’alarme du Victron s’est déclenchée, suivie d’une odeur de brûlé. Elle semblait venir de notre cabine. Or seul le convertisseur s’y trouve, et il était éteint. En ouvrant la cale moteur, j’ai réalisé que la batterie de démarrage ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article