Amarula

A la découverte des Camotes, îles papillon aux Philippines

Lynne et Eric ont navigué plus de 20 ans autour du monde. Ils nous écrivent depuis les Philippines, une de leurs dernières escales avant de rentrer « à la maison », en Australie.

Qui : Lynne et Eric
Où : Philippines
Multicoque : Catamaran Crowther de 60 pieds
Blog : www.amarulasail.com


 

Nous sommes un couple composé d’un Australien, Eric, architecte naval, et d’une Britannico-Australienne, Lynne, ancienne enseignante. Nous nous sommes rencontrés en 1993 en Tanzanie – Afrique de l’Est. Alors que nous travaillions dans un environnement difficile, notre rêve était déjà de construire un catamaran et de faire le tour du monde  ! Nous avons construit Amarula en Australie, il a été mis à l’eau en 2001. En 2002, nous sommes retournés en Tanzanie pour y faire du charter, parallèlement à notre activité de conseil maritime. En 2009, au terme de plusieurs années en Afrique de l’Est, nous avons quitté la Tanzanie avant de passer encore deux années en Afrique du Sud puis de traverser l’Atlantique en février 2012. Nous sommes maintenant aux Philippines. Le mois dernier, nous avons enfin pu nous échapper de notre mouillage imposé depuis un an à Port Carmen, sur l’île de Cebu, et avons pu naviguer vers les îles Camotes voisines. Se déplacer d’une île à l’autre ici aux Philippines est encore très restreint, mais pour l’instant nous sommes autorisés à naviguer dans la province de Cebu. Les Camotes ont la forme d’un papillon, avec les deux îles principales de Pacijan et Poro qui constituent chacune des deux ailes. Nous avons commencé notre voyage à la pointe nord-ouest de l’île de Pacijan et mouillé au large d’Esperanza. C’était formidable de se dégourdir les jambes sur des plages de sable blanc à nouveau, après plus d’un an de confinement ! Depuis Esperanza, nous nous sommes rendus à Tulang Diot, au nord-ouest de Pacijan, où nous avons pu marcher à nouveau sur une belle plage et plonger au large de la côte ouest, près du phare. Nous sommes ensuite partis mouiller devant la célèbre plage de Santiago. Nous y avons fait une belle plongée, mais le mouillage était parfois un peu rouleur. La nuit, nous avons eu de très gros orages, des heures durant. Après un très bon déjeuner dans l’un des restaurants situés sur la plage, nous sommes allés nous abriter entre les ailes du papillon ! Nous avons ensuite exploré une zone de mangrove. Ce fut une expérience merveilleuse de voyager autour du monde, mais notre voyage à la voile est désormais presque terminé, et le temps est venu de vendre notre catamaran et de rentrer chez nous en Australie, auprès de notre famille.

Articles les plus lus dans cette catégorie

Voir tous les articles

Numéro en cours

MM 225 - juin/juillet 2024

Découvrir le numéro

Articles sur le même thème

Abonnez-vous

Toute l'actualité à partir de 3€ / mois

S'abonner au magazine

La vidéo du mois

Notre dernier hit YouTube!

Regarder la vidéo

Le Multihull of the Year

Les résultats 2024

Découvrer les résultats
pour vos achats, consultez

Les petites annonces

Toutes les annonces
A vendre Catana 582
Visible :
Saint Vincent, Saint-Vincent-et-les Grenadines
Année :
2005
880 000,00 ht$
CATANA 58
Visible :
Polynésie Française
Année :
2001
749 000,00 ttc€
Catana 55 2013
Visible :
Le Marin, Martinique
Année :
2013
820 000,00 ttc€