Essai découverte

Tricat 25 Evolution Il va très vite et c’est facile !

Créez une alerte e-mail sur le thème "Essai découverte"

Le Tricat 25, lancé en 2005, se voulait un peu plus sage, plus croiseur que son turbulent petit frère, le 22. Avec la nouvelle version dénommée Evolution, le chantier Tricat a placé le curseur un peu plus haut. Antoine Houdet, le patron du chantier, s’est drôlement investi, puisque, cette fois-ci, c’est lui qui a dessiné les flotteurs – validés ensuite par l’architecte maison, Jack Michal. Et non l’inverse. Bon, Antoine ne compte plus ses milles en Tricat 25 et c’est lui qui a dessiné le 22, alors il sait de quoi il parle…
Oui, mais quoi de neuf ? On trouve plus de volume dans les flotteurs, dont les étraves sont désormais biseautées et inversées, des bras de liaison en composite en lieu et place des tubes en aluminium – on profite ici du savoir-faire du 30 –-, et un peu plus de surface de voile au près. La grand-voile augmente sa corne de 0,5 m2 et le génois gagne trois fois plus. Le spi également devient plus grand. Autant de modifications qui remettent le Tricat 25 Evolution dans le match en dopant ses performances face à la concurrence.
Cet exercice de restyling va forcément lui offrir une deuxième carrière sur le plan commercial : le chantier est en effet parvenu à conserver l’ancien tarif. A ce jour, le 25 1re génération a été diffusé à 28 exemplaires, et la bonne nouvelle pour ses propriétaires, c'est que les voiles, flotteurs et bras de l'Evolution sont adaptables à ce 25 première version.
Le point fort de ce modèle est assurément sa polyvalence. Plus sage que le 22 mais aussi bien plus logeable, il conserve une grande facilité de transport grâce à ses flotteurs mobiles. Comment ça se passe ? Les bras sont maintenus en place par deux sangles, une fixe et une mobile. On choque d’abord le palan qui tend les haubans, puis on ouvre le bloqueur – équipé d’une sécurité – de la sangle amovible. Enlevez le filet devant. Puis frappez un bout à l'angle bras arrière / flotteur et tirez vers l’arrière. Les bras sont montés sur un axe et charnière ; le flotteur vient se caler contre la coque centrale. Temps de repliage : moins de cinq minutes sur chaque bord. Au final, le bateau dans sa configuration pliée est plus long de 1,2 m, soit 8,9 m de long – à prévoir pour la place au port et le transport. Cette configuration protège le safran et le moteur, mais l'accès pour parer lors des manœuvres n'est pas évident. Pendant l’opération, les flotteurs s'enfoncent de 3 cm, ce qui optimise la stabilité. On passe ainsi de 70 litres immergés pour chaque flotteur à 120.

Essai découverte Tricat 25 Evolution

Particulièrement agréable à barrer, ce petit trimaran démarre dès les premiers filets d’air.

Un avion dès force 2 !

A démarrer le moteur pour se déhaler du ponton et c’est parti pour quelques bords, à la découverte du golfe du Morbihan. La mécanique est facilement accessible pour le barreur. On frappe une manille sur le premier coulisseau de grand-voile pour mettre la petite corne en place, le solent est déroulé… et c’est parti ! Barre ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article