Essai découverte

Ricochet : le futur parfait !

Publié le 01 août 2014 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Essai découverte"

Du haut de Pyrmont Bridge, on est d’abord frappé par ce design d’une incroyable fluidité. Sur tout autre bateau, les hublots ronds aux diamètres décroissants du roof pourraient sembler "datés". Ici ils confirment l’impression que l’on a affaire à quelque chose de différent, jusqu’alors inconnu, un Objet Flottant Non Identifié. La peinture gris nacrée intégrale sublime ses lignes, homogénéise ses volumes, capte et renvoie la lumière. Descendu sur le ponton, au pied de la jupe, on est presque intimidé ! La robe d’antidérapant nacré semble parfaitement envelopper les formes dues originellement à Ian Farrier, aidé par le talentueux cabinet de designers australiens Murray Burns & Dovell (MBD). Depuis 1989 à Newport au nord de Sydney, ils ont signé parmi les plus élégants et les plus performants plans que l’on puisse imaginer : Ricochet en est indéniablement un éminent représentant. Tout l’aménagement a enfin été récemment revisité et magnifié par le designer et architecte d’intérieur Burley Katon Halliday (BKH Sydney & New York).

On est pourtant très vite mis à l’aise par l’immense sourire de Frank, qui comme la majorité des Australiens, ne s’embarrasse pas de mondanités. Le contact est franc et jovial : bienvenue à bord ! Derrière ses lunettes de soleil à l’abri de sa casquette, petit bouc et coupe de cheveux nous font penser à un certain Sir Richard Branson. Ajouté à cette frappante ressemblance, il s’avère que Frank a été le skipper de Necker Belle, le catamaran de 32m du créateur de Virgin ! Mais la ressemblance entre les deux hommes ne s’arrête pas là ! Il est lui aussi animé par cette même recherche de l’excellence, même créativité, même souci du détail. Frank a d’ailleurs fait appel aux fournisseurs de Necker Belle pour réaliser et équiper Ricochet : l’assurance d’atteindre l’exceptionnel dans tous les domaines.

Essai Ricochet

Les portes du carré s'escamotent dans la cloison du roof. Bienvenue à bord !

En matière de construction, Ricochet a bénéficié des technologies les plus avancées lors de sa construction initiale en 2004 par Multihull Technologies Australia, pour finalement ne peser que 8.5 tonnes sur la balance. Les refit de 2008 et 2013 ne feront que poursuivre et parfaire la quête d’absolu. La qualité du sandwich carbone époxy et la perfection du rendu de la peinture Awlgrip ‘Metallic Silver’ trahissent les milliers d’heure d’enduit, ponçage, finition, nécessaires à un tel résultat. Si le mât rotatif et la bôme canoë, forcément en carbone et de la même livrée Silver immaculée ne surprennent pas, si la martingale elle aussi réalisée dans cette fibre remarquable laisse envisager que l’on a pensé à tout et mégoté sur rien, que dire de ce siège de barre semblant prendre racine dans le pont ? Forme et liaison reproduisent sans la moindre aspérité, ce que la nature a de parfait. On reste stupéfait devant le poli-miroir des parties lisses. Admiratif de ces lignes qui filent sans heurt, tantôt ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article