‹ Retour essai

BALI 4.8 - Il a tout d’un grand 50 pieds !

Prix de l'essai5,00

Acheter maintenant

Cinq ans après son lancement, force est de constater que la gamme Bali, créée ex nihilo par Olivier Poncin, a fait taire les Cassandre. Non seulement grâce à elle le Groupe Catana s’est hissé dans les quatre premiers constructeurs de catamarans au monde, mais il poursuit son ambition en venant proposer un modèle face à chaque taille de concurrent. En attendant un 4.6, le 4.8, septième opus de la marque, vient donc combler un espace assez grand entre le 5.4 et le 4.5, avec toutes les spécificités Bali – et de nouveaux arguments.

Avec leur pont avant rigide, leur intérieur entièrement décloisonné, leur porte oscillo-basculante toute largeur transformant le carré en cockpit – ou l’inverse, en quelques secondes –, leurs immenses frigos 220 V « comme à la maison », les Bali ont fait pousser des cris d’orfraie aux yachtmen les plus conservateurs qui n’avaient, pour la plupart d’entre eux, pas encore assimilé la révolution multicoque. Même les aficionados de ces derniers affichaient une moue sceptique quant au « comportement en mer », aux « performances », à la « rigidité » de l’ensemble… C’était oublier que la marque Bali ne sort pas de nulle part. Techniquement, les Bali bénéficient du savoir-faire Catana, notamment une construction intégrale en sandwich mousse PVC à cellule fermée, et surtout des cloisons qui ne sont pas simplement collées mais stratifiées, gage de raideur et de longévité. Les ateliers ont poussé de façon exponentielle du côté de Canet-en-Roussillon : d’une centaine d’employés, le groupe est passé à près de 900, en incluant ses sites rochelais et tunisien. Les 350 catamarans produits en moins de cinq ans confirment le passage à un rythme industriel.

 

Cinq versions d’aménagement de 3 à 6...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Pour lire la suite
achetez l'essai

Prix de l'essai5,00

Acheter maintenant

Partagez cet article