Océan Atlantique

Zen Roots sur l’intracostal

Publié le 23 novembre 2017 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Océan Atlantique"

Nous arrivons souvent juste à temps pour l’ouverture des ponts. Nous en passons plus d’une quinzaine par jour. A trois ou quatre reprises, il a fallu tourner en rond, pour attendre l’ouverture. A un certain pont, que je ne nommerai pas, nous sommes arrivés à 14h34, il devait ouvrir à 14h30. Mais il n’a pas ouvert du tout. Par VHF, le préposé nous a indiqué que nous étions arrivés 2 minutes trop tard (il aurait ouvert si nous étions arrivés à 14h32… Grrrr !). Fatigué de tourner en rond, Alex a décidé d’attacher le bateau à des poteaux sur le bord du canal. Ils étaient en mauvais état et craquaient de partout, mais ça a fonctionné, et on s’est arrêtés. Un monsieur est venu nous aider, avant de nous réclamer une bière. On lui a offert un Rhum&Coke, c’est tout ce qu’on avait… Finalement, trente minutes sont vite passées quand tu essaies d’attacher un bateau à des poteaux et que tu sers un Rhum&Coke ! Au moment de partir, l’une des coques a buté dans un morceau de poteau. Le mât s’est accroché dans un arbre. Les bouts retenant le dinghy se sont prises dans l’hélice du moteur. Finalement, les choses sont rentrées dans l’ordre, et nous avons pu traverser le pont qui, cette fois-ci, nous a attendus bien gentiment, ouvert. Nous avons bien ri… après coup. Plus au nord, les ponts se font plus rares. Puis, certains s’ouvrent à la demande : ça, on aime ! Les ponts que je préfère sont bien sûr ceux qui sont assez hauts pour nous permettre de passer dessous. J’ai souvent observé les écluses à Chambly ou au sud-ouest de Montréal, c’est maintenant à mon tour d’être dans l’écluse, ça fait drôle. Et aujourd’hui, aussi il y a des gens qui observent le déroulement, je m’imagine à leur place d’observateurs. 

Qui : Léo, Charlotte, Mélissa & Alex
Où : En Floride
Bateau : Iroquois MK2, 1971
Blog : www.zenroots.com

Partagez cet article