Multicoque

Rusty Pelican - Un amour de trimaran

Créez une alerte e-mail sur le thème "Multicoque"

LE SORCIER DU MASSACHUSETTS

Richard Newick (1926-2013), plus connu sous le prénom Dick, est l’un des architectes de multicoques les plus talentueux de la fin du siècle dernier. Dick naviguait à la pagaie sur les fleuves européens dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale – il a acquis une parfaite connaissance du kayak, et donc de la glisse. Son autre inspiration ? Le patrimoine maritime polynésien. Dick a métabolisé et fixé pour l’éternité l’ADN d’un objet nautique lumineux : le trimaran Newick ! Dick a parfois confié que Walter Greene et Damian McLaughlin étaient les meilleurs interprètes de ses créations – il savait de quoi il parlait ! L’attitude de ces deux constructeurs bouscule quelque peu l’image perçue en Europe d’une Amérique agitée, mondialisée, sur-urbaine, industrielle, traversée de violence et engagée dans la fuite en avant. Leur approche créative, tout comme leur philosophie, est celle d’artisans-artistes exerçant leur art dans des ateliers à échelle humaine, entre forêts et mer – Massachusetts et Maine. Le mode de construction West (Wood Epoxy saturated System) mis au point par Meade et Jan Gougeon est une invention géniale qui permet de réaliser des multicoques raides, légers et durables. Le foisonnement créatif de Dick Newick n’attendait que cette technique pour s’exprimer pleinement : le bois/époxy/verre, c’est 80 % de matière végétale et 20 % de colle et de tissu, un vrai matériau d’avant-garde !


Rusty Pelican au mouillage à l’île de Houat, en Bretagne sud.
Est-il besoin de souligner l’élégance des lignes imaginées par le fameux Dick Newick ?

RUSTY PELICAN, HÉRITIER DE THREE CHEERS !

Pour la Transat 1972, Tom Follet, skipper qui avait miraculeusement terminé 3e de l’édition précédente de 1968 avec son prao Cheers – un véritable enfant terrible –, fait dessiner par Dick Newick un trimaran magnifique, confortable et robuste. Il arrivera 5e de l’épreuve, en 27 jours. Le trimaran, gréé en ketch, sera racheté par Mike McMullen pour une malheureuse Ostar 1976 : sa femme Lizzie s’électrocutera sur le chantier de préparation et le skipper disparaîtra dans l’Atlantique Nord. Dick fera renaître l’âme de ce dessin visionnaire dans différentes interprétations : le Three Cheers MK3 (Fleury Michon 4, Bonifacio, Lejaby Rasurel) et MK4 modified : nous voilà rendus à Rusty Pelican. Avec une taille de 46 pieds, ce trimaran peut s’exonérer du volume des ailes tout en restant accueillant et confortable. Les doubles bras autorisent une puissance supplémentaire pour une utilisation plus « racing » que les fameuses ailes des Native et Creative. Le rigoureux respect du devis des masses par le constructeur McLaughlin a permis à Rusty d’exprimer tout son potentiel réel tout en offrant un vrai confort à la mer, soit une belle cabine arrière double ou quatre singles comme aujourd’hui, un cockpit généreux, un vrai carré, des couchettes latérales et une cabine avant dotée d’un cabinet de toilettedouche-WC. Pour les standards de Dick, ce 46 ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

S'abonner

Abonnez-vous ? Multicoques Mag et profitez de nombreux avantages !

Abonnez-Vous

Partagez cet article