‹ Retour Océan Indien

Cassandraville : En régate de Dar el Salam à Zanzibar

Créez une alerte e-mail sur le thème "Océan Indien"

Qui : William « Bill » Kosar

Où : De Dar-es-Salaam à Tanga et retour, en conservant Zanzibar sur bâbord dans les deux sens (« Tanzacat »)

Multicoque : CassandravillE Elf 26


 

Nous avons traversé la frontière entre la Tanzanie et le Kenya avant de mouiller au Tanga Yacht Club. Nous en sommes repartis à l'aube le lendemain matin, en mode convoyage, en direction de Dar-es-Salaam, mouillant finalement après minuit à quelques kilomètres de la pointe nord de l'île de Zanzibar (Unguja), avant de redescendre vers Dar. La course partait quelques jours plus tard, avec plus de 25 bateaux sur la ligne de départ. Les instructions étaient simples : conserver Zanzibar sur bâbord dans les deux sens. CassandravillE a quitté la baie de Msasani après l'île Bongoyo et a pris la direction de Zanzibar, près du récif de l'île Bongoyo. Hidde connaissait bien ces eaux, et sa stratégie s’est avérée payante. Nous avons doublé trois bateaux en restant proches de l'île et de son récif. Théoriquement, après avoir doublé la pointe nord de Zanzibar, le courant océanique devait nous porter jusqu’à Tanga. Cependant, trouver la bonne veine de courant s’est avéré plus compliqué que prévu. A plusieurs reprises, nous avons traversé le rail des cargos. Ils avaient des rouleaux de fil de fer barbelé tout autour de leurs bateaux, pour empêcher les pirates de monter à bord. Ceci nous a rappelé que la régate avait été annulée durant quelques années à cause des problèmes liés à la piraterie le long des côtes somaliennes. Alors qu’il nous aurait fallu en théorie six heures pour doubler la pointe sud-est de Zanzibar, cela faisait 16 heures que nous étions partis et nous n’étions toujours pas arrivés. Le vent était tombé et CassandravillE n'était pas assez rapide avant l’inversion de la marée. « Tant pis, ai-je décidé, nous allons démarrer le moteur hors-bord et retomber en classe croisière. » Au lever du jour, le long de la côte exposée à l'océan Indien de Zanzibar, nous naviguions voile et moteur, portés par le courant. Le jour s’est levé alors que nous approchions de Tanga. Il a fallu une heure pour franchir le canal jusqu'au Tanga Yacht Club. Nous étions très heureux de mouiller. Nous l'avons fait ! Nous venions de parcourir 120 milles en 34 heures. Quelle saga !

 

Partagez cet article