Technique

L'indispensable radeau de survie : bien placé, il doit être facile à lancer

Créez une alerte e-mail sur le thème "Technique"

On ne souhaite à personne de devoir y prendre place un jour. Mais si cela arrive, le choix du modèle et la manière dont le radeau est installé à bord sont primordiaux pour arriver à le mettre à l’eau et à le percuter avec succès. C’est toujours dans un cas d’extrême urgence que cela se produit. L’eau monte à bord, et le bateau – s'il n'est pas insubmersible – menace de couler. On a généralement quelques minutes, rarement plus, pour mener l’opération. Ou bien, c’est le feu qui ravage votre bord, et là, c’est encore plus rapide. Les émanations toxiques vous pressent de quitter le bord en moins de deux minutes. Et bien sûr, cela arrive le plus souvent par mauvais temps. Le pont du bateau bouge et peut être glissant. Le stress qui s’en mêle n’est pas le meilleur des alliés. Et que dire s'il y a en plus des blessés à bord… Autant dire que de nombreux obstacles peuvent contrarier sérieusement la réussite de votre embarquement dans votre radeau. Et, une fois bien à l'abri à bord de la survie, le temps d’attente des secours peut être plus ou moins long selon la zone d’accident. Dans certains cas, au large, cela peut durer plusieurs jours 

Des modèles spécifiques selon votre programme

On trouve deux grandes catégories de radeau : celui de type II, dit "côtier", obligatoire à plus de 6 milles d’un abri, mais fortement recommandé si l’on s’éloigne de plus de 2 milles des côtes. Le radeau de type I, dit "hauturier", pour la navigation à plus de 60 milles des côtes. Cette deuxième catégorie est elle-même divisée en deux classes, A et B. La différence se situe au niveau de la résistance et de la température d’utilisation, qui va de -15° à + 65° pour le A, et de 0° à + 65° pour le B. Enfin, toujours dans cette classe I, il y a des radeaux avec un armement "moins de 24 h" ou "plus de 24 h" (voir ce qui est obligatoire dans l'encadré). On ne saurait que trop vous conseiller de compléter le contenu du radeau avec du matériel que l’on place dans un sac étanche appelé "Grab Bag"… Depuis 2008, La taille réglementaire du radeau dépend du nombre de personnes embarquées et non du nombre de passagers pour lequel le bateau est homologué. Si vous ne naviguez jamais avec plus de 6 équipiers à bord, il ne sert à rien d’avoir un 10 places, qui sera plus contraignant et difficile à manipuler. Enfin, vous devrez faire un choix entre les radeaux en sac et ceux munis d’une coque de protection. Les premiers se placent facilement dans un coffre, car ils sont plus malléables. Les seconds sont mieux protégés des intempéries et sont installés à l’extérieur. Ils sont aussi plus faciles à mettre en œuvre…

L’installation à bord

Nous le savons tous : les conditions dans lesquelles nous risquons de mettre le radeau à l'eau, le percuter et monter dedans sont le plus souvent très scabreuses. L’emplacement choisi à bord pour l'installer est donc très important pour mener à bien l'opération de sauvetage, dans le très court laps de temps qui nous est alors souvent imparti. Dans ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article