‹ Retour essai

80 SUNREEF POWER - Luxe, puissance et volupté sur deux coques

Un an après la sortie de sa nouvelle gamme et du 80 voile, Sunreef propose le plus grand powercat jamais construit par la marque polonaise. Le 80 Power, spécialement conçu pour une propulsion à hélices, offre des prestations réservées au monde du motor yachting de luxe, mais en mode « économique ». Nous avons essayé le n2 à Gdansk en exclusivité.

La présence du champion de tennis Rafael Nadal sur le pont arrière du tout nouveau 80 Power a fait le buzz lors du dernier Cannes Yachting Festival. Une anecdote qui témoigne de la capacité de ce dernier modèle du chantier à attirer une clientèle fortunée, laquelle se tourne naturellement vers des unités à moteur de grand luxe. L’an dernier, nous avions été étonnés de la hauteur du franc-bord de la version à voile… et même ébahis par le volume habitable offert. Un constat qui prend encore plus de sens avec cette version moteur : le 80 Power s’attaque de front aux marques de yachts monocoques déjà bien implantées auprès d’une clientèle désireuse de toujours plus de confort et de prestige. Pour autant, ces acheteurs ont évolué : ils sont devenus plus sensibles aux problématiques environnementales. La réponse de Sunreef est aussi radicale qu’efficace : avec une largeur portée à 12 m, une hauteur de pont de 2,50 m et une longueur de 23,95 m, la surface habitable est comparable à celle d’un monocoque de plus de 35 m – beaucoup plus vorace en carburant pour se déplacer et contraint de se soumettre à un classement commercial pour le charter. Hormis les chiffres et mesures, cette impression de grandeur est plus impressionnante encore lorsque le 80 est amarré cul à quai. Vu de l’arrière, avec ses peintures métallisées, ses inox et ses grands escaliers de jupe en teck, ce Sunreef nous emmène presque dans le monde des superyachts. L’objectif du chantier est d’ailleurs de construire prochainement un 110 pieds, et surtout un 49 m – lequel pourrait être estampillé « plus grand catamaran de luxe au monde ».

Une vraie construction semi-custom

Le chantier de Gdansk a depuis longtemps démontré sa grande flexibilité, laquelle lui permet de réaliser des intérieurs en partant d’une page blanche – et donc de s’adapter aux desiderata du client. Une souplesse rendue possible grâce à la conception entièrement maîtrisée par le bureau d’études maison, mais aussi par la fabrication de toutes les pièces techniques, inox, carbone, électricité et menuiserie dans ses ateliers. Le capitaine de ce deuxième 80 nous confie d’ailleurs que des adaptations et changements ont été encore possibles à un stade très avancé de l’assemblage des aménagements. Le bureau d’études dédié à l’agencement de chaque unité est donc capable de réagir très vite, de redessiner une nouvelle configuration qui sera appliquée immédiatement sur le montage en atelier. Cette organisation est toutefois assistée par une conception originelle à même de parer plus facilement aux hésitations temporaires du commanditaire. Les quatre cloisons entre coques et nacelle sont ainsi dédoublées ; cette astuce permet de jouer sur la surface des cabines, d’ajouter un dressing ou une plus grande salle de bains sans dommages sur les efforts structurels. Trois, quatre ou cinq cabines invités sont possibles. Quant à la suite Master, elle peut s’établir sous la nacelle ou sur le pont, avec vue mer sur l’avant. Idem pour la cuisine, installée indifféremment dans une coque ou dans le carré. Toutes les configurations sont envisageables pour correspondre aux caractéristiques d’un cahier des charges exclusif. La fabrication des coques en sandwich mousse pour les flancs et balsa pour les œuvres vives est réalisée avec des échantillonnages respectables ; le déplacement total en charge, proche d’une centaine de tonnes, traduit la volonté de faire plus résistant que léger. Pour remédier à ce déplacement important, la forme des carènes est quelque peu atypique : les étraves sabres sont droites et plongent profondément. Le brion est situé 1,50 m au-dessous de la flottaison puis la carène descend jusqu’à 1,70 m - à environ 2 mètres en arrière. Ce point constitue, hormis l’hélice, le tirant d’eau maximum de la coque ; la forme de carène s’élargit et remonte ensuite régulièrement jusqu’à la jupe arrière.

Le brion, situé bien au-dessous de la flottaison, constitue le tirant d’eau maximum de la coque. La forme de carène remonte ensuite régulièrement jusqu’à la jupe arrière.*

Un volume… extraordinaire

En pénétrant sur le pont principal, on mesure l’espace offert, tout simplement phénoménal. Le cockpit arrière de 60 m² est une vraie terrasse. Le carré de 90 m² est quant à lui un authentique séjour, comprenant salon, salle à manger et cuisine avec une vue sur 360° très agréable. Le propriétaire a fait ce choix pour bénéficier de trois cabines VIP plus une suite Master dans les coques. L’accès à un autre espace de 60 m² sur la plage avant s’opère grâce à une porte frontale étanche ou par les passavants. Les déplacements sont sécurisés par un haut pavois – portant le franc-bord à trois mètres –, mais des échancrures découpées dans le bastingage laissent profiter, une fois assis dans les sofas du salon, de la vue extérieure. Au pont inférieur, chaque cabine est pourvue de lits queen size, dressing et salle d’eau. La Master possède un lit king size et une enfilade dressing-salle d’eau, totalisant 28 m². Ce volume est amplifié par une hauteur sous barrot de plus de 2,10 m et un plancher sur un seul niveau. Les matériaux d’habillage et de décoration sont à la discrétion du propriétaire. A bord de notre 80 d’essai, le mariage de marbre noir veiné et d’ébène offre une ambiance chaude et feutrée très luxueuse. Dans cette version, l’équipage est logé dans une cabine arrière un peu étroite et le pic avant. Possibilité de disposer d’une cabine contiguë à la cuisine plus pratique si on a fait le choix de la cambuse dans la coque. Question de programme... Le fly de 80 m² est lui aussi énorme, et aménageable à souhait. Il est, dans cette déclinaison, très épuré afin d’y assurer des séances de yoga. On peut néanmoins y dîner à douze sur la grande table. Le hard top est équipé d’un toit à volet ouvrant pivotant. Enfin, pas de yacht sans une panoplie de jouets nautiques conséquente, paddle boards en tête de liste. Sur la plate-forme arrière, une annexe Williams Jet Tenders de 5,20 m permet d’amener tous les passagers en une seule rotation. Quant au jet-ski Seadoo GTX 230 recouvert de teck, il est logé sous le bain de soleil XXL du cockpit.

En mode économique

Le temps pluvieux et froid de cette fin janvier à Gdansk est peu engageant pour un test en mer. Néanmoins, bien abrités sous le hard top du fly et les joues latérales, nous empruntons le chenal d’accès à la baie de Gdansk, protégée par les côtes de la Poméranie. C’est sur une mer très peu agitée que nous faisons nos relevés de vitesse/consommation, mais face au vent qui est établi à plus de 15 nœuds – ce qui n’est pas favorable mais reflète la réalité d’une croisière. Deux motorisations sont proposées. Des Man de 1200 CV équipent le modèle présenté à Cannes. Une paire de John Deere de 575 CV sont montés sur ce 80 Power n2. En eau libre, nous établissons une vitesse de croisière à 10 nœuds. Inutile de préciser que nous ne ressentons rien de l’environnement maritime. La masse et le dessin des étraves nous font glisser sur ce clapot avec une stabilité parfaite, nous autorisant une pause déjeuner sans la moindre appréhension. La consommation s’affiche à 80 l/h ; elle permet de parcourir plus de 2 000 milles avec les grands réservoirs de 16 000 l. Mais il est intéressant de constater que la vitesse transatlantique s’établit à 9 nœuds avec un appétit de moins de 50 l/h. Compte tenu des 100 tonnes déplacées, cette consommation peut être qualifiée de très économique. Le silence de fonctionnement est digne de ce que l’on peut attendre d’un navire de tel rang. Nous avons noté juste un bruit d’échappement à la vitesse maxi de 13 nœuds, mais le chantier a prévu de rabaisser sa sortie d’échappement sous la flottaison afin de résoudre le problème. Les Man de 1200 CV permettent d’atteindre une vitesse voisine de 18 nœuds, mais avec une consommation logiquement bien plus importante. Ce multiyacht est équipé d’un système géostationnaire bien pratique pour les courtes pauses repas et/ou baignades, afin d’éviter les manipulations de mouillage.

Conclusion

Ce nouveau 80 Power Sunreef repousse les limites du chantier polonais vers les nouveaux horizons du yachting de grand standing. Pour autant, le constructeur parvient à en contenir les travers inhérents au monde du luxe : la dépense énergétique de déplacement est maîtrisée, tout comme l’énergie dédiée au fonctionnement – grâce à des solutions originales développées en interne, l’air conditionné est par exemple très économe. Le niveau de finition devient exceptionnel – on pressent que la production du constructeur se tourne résolument vers le marché des superyachts. Le chantier profitera d’ailleurs très bientôt de nouveaux locaux – nous vous en parlerons en détail dans un prochain numéro.


Les plus

-        Compromis habitabilité, luxe et budget séduisant

-        Ligne élégante

-        Semi-custom au service du client

 

Les moins

-        Bruit en vitesse maxi – bientôt solutionné

-        Suivi par un Project Manager indispensable


 

Les chiffres de Multicoques Mag

 

 

Laurent : possibilité d’intégrer ici la pastille carte/conditions de mer.

Motorisation : 2 x 575 CV John Deere, montés sur ligne d’arbre. Réservoir 16 000 l

Carburant 30 %, eau 40 %

Régime (tr/min)               Vitesse (nœuds)              Conso (l/h)         Rendement (l/mille)               Autonomie*

600                                                   4,8                                       14                         1,36                      5 485

1 000                                                 7,7                                       36                         2,10                      3 426

1 250                                                 9,1                                       48                         3,46                      3 036

1 500                                                 11                                        94                         6,97                      1 873

1 750                                                 12                                        146                       8,78                      1 315

2 000                                                 13                                        228                       8,95                      912

*Les relevés effectués vent de face peuvent générer une vitesse moindre et une consommation en hausse de 5 à 10 %


DESCRIPTIF TECHNIQUE

Chantier : Sunreef Yachts

Construction : composite fibre de verre/mousse/balsa

Longueur HT:                   23,95 m

Bau maxi :                         12,00 m

Tirant d'eau :                   1,85 m

Moteurs :                          2 x 575 CV JD/1200 CV Man

Capacité gasoil :              2 x 4 000/ 8 000 l

Capacité eau douce :     1600 l

Déplacement lège :        NC

Déplacement en charge : environ 100 t

Cabines :                           3 à 5 + 3 équipage

Invités :                             jusqu'à 10 personnes

Equipage :                         jusqu’à 5 personnes

Architecte :                       Sunreef Yachts

Design :                             Sunreef Yachts

Tarifs :                                NC

Partagez cet article