Multicoque

Un segment en pleine évolution ! Mais dans quelle direction ? Interview de Lex Raas

Publié le 01 février 2015 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Multicoque"

Depuis quand vous intéressez-vous aux catamarans à moteur ?

Au milieu des années 80, j’ai construit des catamarans à moteur en Afrique du Sud et compris tous les avantages de la vitesse, de l’économie et du volume liés à cette géométrie. Au début des années 2000, en tant que décideur chez Moorings, j’ai introduit les Power Cats Leopard aux îles Vierges (BVI) et n’ai cessé depuis de travailler à la création de nouveaux modèles, comme les Aquila depuis 3 ans.

Interview Lex Raas - catamaran à moteur

Lex Raas a toujours cru aux catamarans en général et aux Power Cats en particulier…

Est-ce lié à une expérience personnelle qui vous a plu ou à une conviction marketing ?

J’ai toujours été un fervent défenseur des catamarans en général, mais ce qui a particulièrement retenu mon attention fut la qualité d’accueil de ces plateformes pour les familles, les amis et les clients. J’ai eu la chance d’être suivi dans cette conviction par The Moorings, Sunsail et maintenant Marine Max avec les Aquila.

Comment voyez-vous le développement de ce type de bateau : flottes de location, unités de propriétaire ?

Je crois que nous sommes juste au début de cette histoire ; les house boat américains ont ouvert la voie, et en réalité, ils étaient des "proto catamarans" spacieux, stables et économiques. Le marché évolue vite et nous travaillons au lancement chez Aquila de nouveautés très excitantes. Notre activité de charter avec Marine Max aux BVI nous laisse entrevoir un développement important et l’arrivée de nouvelles clientèles. Cette activité, bien identifiée par l’industrie de la voile, est nouvelle pour la branche moteur. En décembre, par exemple, nous venons de concrétiser 5 ventes de notre nouvel Aquila 44 à des propriétaires privés, séduits par l’excellent équilibre entre le volume interne et l’espace extérieur, pour la grande croisière aussi bien que pour l’usage en week-end. Comme pour les catamarans voiliers dans les années 90, nous allons assister à une belle croissance des Power Cats.

L'autonomie de ces unités est souvent limitée par leurs performances (trop ?) élevées, pensez-vous que des modèles plus orientés voyage-découverte restent à inventer ? Y a-t-il un marché pour eux ? Comment percevez-vous la demande de la clientèle potentielle ?

Nos Power Cats disposent d’une très bonne autonomie à 7-9 nd, mais sont capables de vitesses de pointe de 15 à 20 nd si besoin. Il y a une place pour eux dans le marché, la demande est déjà là. Quand un client met le pied à bord d’un Power Cat bien conçu, il est rapidement convaincu !

L'offre de vitesse des constructeurs (supérieure à 20 nd pour la plupart des modèles) semble copier celle des monocoques à moteur, est-ce selon vous par imitation, pour ne pas décevoir ou parce qu'on n'ose pas proposer une philosophie tranquille de navigation ?

Il y aura toujours des demandes de personnes souhaitant naviguer au-delà de 20 nd, mais de nombreux amateurs souhaitent un meilleur rendement et sont sensibles à l’autonomie procurée par des ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article