Course au large

Témoignage - Un podium à l'Heineken Regatta

Créez une alerte e-mail sur le thème "Course au large"

« C’était un rêve pour moi de participer à l’Heineken Regatta. Le passage du pont et la parade pour rejoindre le lagon, l’ambiance tous les soirs lors des super concerts, j’adore ! Il y a quelques années, j’ai rencontré Pierre-Walter Varkala, alias Piwi, de Calypso Croisière : je lui ai confié en gestion Cyflotin, mon Eclipse 472. La condition, c’était que je puisse participer à l’Heineken Regatta. Basé en Martinique, Piwi a acheté un KL28 Trophée afin de dispenser des cours de cata de sport. En 2018, il s’est classé 3e de notre classe à bord de Kataplasm, son bolide, alors que je terminais bon dernier. Mais c’était ma première participation… D’ailleurs, en 2019, j’ai fait 4e – avec pas mal de casse. Mais pour cette édition 2020, la quarantième, mon objectif est bien le podium ! J’avais également prévu cette année de participer à la Caribbean Multihull Challenge, mais hélas ça n’a pas été faisable ; peut-être l’année prochaine… Je me suis inscrit à la HR avec un super équipage : Anaïs, Moon, Chloé, Dov, Jérémie, Cédric, Steven et moi. Mais seul Jérémie est un compétiteur – il participe régulièrement à des régates sur la Martinique. Comme le cata était loué pour dix jours de croisière/plongée après la régate et que nous n’avions pas de place au port à Saint-Martin, nous avons participé avec tout le matériel, y compris les compresseurs. Bref, Cyflotin était un peu trop chargé… On était quand même chauds patate pendant le convoyage Martinique-Saint-Martin : on a même tenu une moyenne de 9,18 nœuds de la Guadeloupe à Simpson Bay.

Mercredi 4 mars : on organise une sortie d’entraînement. Le bout-dehors casse, gennaker et spi resteront dans les coffres. C’est la poisse…

Jeudi 5 : après un an d’attente, enfin la joie, le bonheur, le stress des départs. Objectif, rester devant. Les départs sont tendus, mais c’est ce que j’aime. Nous finissons 3e et 1er.

Vendredi 6 : nous avons droit au fameux tour de l’île pour parcours. On attaque une énorme bagarre avec Spelbound, un Leopard 45 de 1997. Ian Marin, son skipper, est un Américain pour qui j’ai beaucoup de respect. Il me marque jusqu’en milieu de course, mais nous finirons par le passer. Nous faisons ensuite un bord en compagnie de Tango, un Schionning 51C. Ce superbe cata inscrit en Multihull 1 est pourtant bien plus rapide que nous. Nous terminons 1er au scratch et 2e en temps compensé.

Samedi 7 : casse à deux minutes du départ. Nous réparons et coupons toute de même la ligne. Nous remontons ensuite sur le premier bord nos concurrents. Et là, catastrophe, la grand-voile descend d’un coup. Nous décidons d’abandonner la manche. Rattrapage sur la 2e manche, puisque nous finissons deuxièmes.

Dimanche 8 : une seule manche pour cette journée de clôture est lancée avec un temps superbe. Départ un peu tendu. Devant nous, le Leopard 50 La Novia, et toujours Spelbound. Nous les dépassons à la deuxième bouée, ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article