Multicoque

SEA-VOYAGER 223’

Publié le 03 avril 2018 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Multicoque"

L’architecte français Jérôme Vollet est un touche-à-tout dont l’expérience est multiple. Il a participé aux débuts héroïques des multicoques de course au large (Paul Ricard, Roger Gallet), à la construction de yachts high-tech, comme les fameux Wally, et à des projets de catamarans customs (pour Loïck Peyron et Yannick Noah). Il allie aujourd’hui ses récentes réalisations sur la terre ferme et son expérience nautique pour mettre au point une ligne de superyachts catamarans très novatrice. Sortie du cabinet d’architecture Swiss Ocean, la gamme des Sea-Voyager est déclinée de 63’ à 443’ ! Si les deux premiers modèles de la gamme, le 63’ et le 83’, sont assez conventionnels, les 143’ et le 223’ sont vraiment intéressants. Ils se caractérisent par des superstructures de type "Eiffel", sorte de squelette extérieur qui ceinture un espace habitable gigantesque. Le but est de proposer des espaces de vie jamais rencontrés sur un superyacht et une vue sur la mer se rapprochant de celle d’une propriété très design et ouverte sur l’extérieur. Sur les coques reliées par d’imposants bras carbone, deux plateformes de 1 000 m² sur le 223 (une seule plus petite sur le 143’) sont soutenues par un jeu de poutres en carbone inclinées vers l’avant et vers l’arrière l’arrière, telle une ossature squelette, offrant plusieurs avantages. L’espace intérieur libéré de toutes contraintes structurelles est entièrement modulable et customisable selon les souhaits du client. Il permet d’offrir une immense surface de réception, une suite propriétaire de 100 m² donnant sur la poupe, et bien d’autres combinaisons au choix. La visibilité sur l’extérieur est totale, puisque les efforts ne reposent pas sur les cloisons ce qui permet de les vitrer intégralement, ou même de les escamoter. Comme dans les édifices les plus prestigieux, un hardtop coulissant permettra d’ouvrir largement le roof très plat et d’offrir des zones de détente très aérées.
La surface vitrée de 325 m² est équipé de films photovoltaïques transparents, et les poutres inclinées et implantées dans chaque coque procurent une ventilation naturelle par dépression grâce aux différences de niveaux. Les 1200 m² de roof sont réalisés avec de la fibre photovoltaïque présentant un rendement supérieur aux panneaux, permettant de couvrir l’intégralité des besoins en énergie pour la luxueuse vie du bord. Nul doute que les 1600 m² de voilure seront aussi mis à profit pour produire de l’énergie solaire à l’aide des nouveaux tissus photovoltaïques intégrables. Car la transmission par Pod est prévue d’être entrainée par deux moteurs diesel V12 et pourraient éventuellement se voir assister de moteurs électriques.
Pour encadrer la commercialisation et la construction de ce super multiyacht, l’architecte s’est adjoint la collaboration de James Munn, de l’agence Northrop & Johnson, qui sera en charge notamment d’initier et de suivre le projet. Le chantier Latitude de Riga semble quant à lui bien approprié pour ce type de réalisation très spécifique et avant-gardiste.

Plus d'informations sur www.northropandjohnson.com

 

Partagez cet article