Voyage

Escale en Afrique du Sud, l'autre pays du catamaran

Publié le 24 mai 2018 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Voyage"

Depuis le début des années 2000 et l'apparition d'événements de piraterie en mer Rouge et au nord-ouest de l'océan Indien, l'Afrique du Sud devient une escale incontournable pour tous ceux qui souhaitent rejoindre l'Atlantique et finir leur tour du monde. Le sud du continent africain étant un passage obligé, il voit donc le nombre de bateaux y faire escale augmenter, dont de plus en plus de catamarans. Venus de Madagascar, de La Réunion ou de Maurice après une traversée de l'océan Indien, la plupart des voiliers tourdumondistes font escale en Afrique du Sud. Mais il ne faut pas oublier ceux qui descendent d'Europe ou arrivent d'Amérique du Sud, comme du Brésil ou de l'Argentine, et qui s'arrêtent aussi dans la zone…

 P'tit Filou au mouillage. Le catamaran est maintenant en vente…

De novembre à mars, une véritable transhumance de voiliers sillonnent la côte est de Richards Bay à Cape Town pour rejoindre l'Atlantique Sud, attendant la bonne fenêtre météo entre deux escales : Richards Bay, Durban, East London, Port Elizabeth, Mossel Bay... pour citer les principales. Beaucoup sont des marinas ou des yacht-clubs, mais il existe aussi quelques mouillages sympathiques dans la région. Il est intéressant de prendre sa carte au Zululand Yacht Club à Richards Bay – c'est une formalité très facile –, ce qui vous permettra par la suite de bénéficier de meilleurs tarifs dans les autres yacht-clubs, dont celui de Cape Town. Certaines marinas ont des difficultés à héberger les multicoques. C'est notamment le cas à Port Elizabeth. Il ne vous reste alors que le quai des pêcheurs, mais au risque et péril de voir ses aussières lâcher ou le bateau raguer... A bord de notre catamaran, nous avons eu la chance d'effectuer la nav entre East London et Cape Town en une seule étape.

 Villes tentaculaires, mais mouillages déserts et intérieurs des terres luxuriants, l'Afrique du Sud est multiple, et justifie une escale longue.

Parmi les navigateurs au long cours, beaucoup profitent de cette escale pour laisser le bateau en Afrique du Sud au sec ou en marina, pour soit rentrer au pays, soit aller visiter l'intérieur des terres. Il faut tout de même savoir que la mise à terre des multicoques peut poser quelques problèmes, selon la largeur et le poids de votre beau bateau. Vous pouvez envisager de sortir votre cata ou votre tri à Richards Bay. Mais ce sera avec le système de la remorque prenant le catamaran par le dessous… Sinon, si votre bateau est trop grand ou trop lourd, vous n'aurez d'autre choix que de venir dans la région de Cape Town ou de Durban pour trouver des grues ou travelift pouvant vous permettre une mise au sec facile.

 

Historiquement, l'Afrique du Sud, et plus particulièrement Cape Town ainsi que ses deux caps mythiques – Bonne-Espérance et cap des Aiguilles –, sont le passage des grandes routes maritimes. On y trouve donc une forte activité pour et autour du nautisme. Le pays est par ailleurs le second producteur au monde de catamarans, après la France. Les chantiers y sont nombreux et très connus, comme les Robertson and Caine, Royal Cape Catamarans, Xquisites Yachts, Two Oceans Marine, Knysna Yachts, Matrix Yachts, Maverick Yachts, Nexus ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article