‹ Retour essai

SEAON 96 CRB "Il ne s’agit pas seulement de vitesse"*

Prix de l'essai5,00

Acheter maintenant

Avec le Seaon 96, la Baltique confirme sa position de creuset bouillonnant en matière de trimarans démontables, repliables et rapides. La géographie de ce spot le rend particulièrement attractif pour les multicoques (malgré une météo capricieuse), mais cela suffit-il à expliquer une telle créativité ?

Histoire du Seaon

Depuis le milieu des années 90, Stephan Törnblom dessine des trimarans. Ils ont pour noms, Guépard (8m), Gazelle (11m), T35 Nexus. Ce choix illustre parfaitement, l’attitude des marins baltiques à l’égard de leurs multicoques : ils développent des tris pour leur potentiel de vitesse et de stabilité et ce sont tous des dériveurs intégraux repliables afin d’échouer partout et de simplifier le transport. L’ensemble de ces caractéristiques favorise le transport routier, la mise en container, le grutage et plus généralement la cohabitation avec un multi. Elle permet surtout de se satisfaire d’infrastructures portuaires légères, si bénéfiques pour la préservation du littoral tout en profitant d’une plate-forme ludique, apte à fréquenter le large. Ingénieur aéronautique, Jan Gapinski est un régatier efficace en J24 et Mumm 36. Au moment d’investir sur un IMX 38, il réalise qu’il n’ira pas plus vite et s’oriente vers un catamaran Mycat, puis un Corsair F31. Séduit par leurs performances, il décide de mettre en chantier en 1997 un superbe Nexus T35 doté d’un gréement aérorig. Cette expérience préfigure l’aventure Seaon.

Essai Seaon 96 CRB

Un trimaran beau, racé, performant… Que dema...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Pour lire la suite
achetez l'essai

Prix de l'essai5,00

Acheter maintenant

Partagez cet article