régate

Transat Jacques Vabre : pour un café serré à Itajai

Publié le 01 octobre 2015 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "régate"

Imaginée il y a 22 ans, la Route du Café est d’abord une course en solitaire qui rallie le Havre à Cartagena. Lancée tous les deux ans, les années impaires, l’épreuve devient dès la deuxième édition "Transat Jacques Vabre", disputée en double. Si le Havre reste la ville de départ, l’arrivée est plus volage : en 2001, la flotte découvre l’ambiance brésilienne à Salvador de Bahia. Huit ans plus tard, incursion à Puerto Limon, au Costa Rica, pour revenir de plus belle au Brésil, cette fois plus au sud, à Itajai, la ville côtière en vue là-bas. Du coup, le parcours est sensiblement plus long – 5 400 milles contre 3 800 pour la Route du Rhum – et la route compose avec le redouté Pot au Noir. Cette zone coincée pile sur l’équateur, entre les continents américain et africain, n’est pas du tout appréciée par les marins : trombes d’eau, orages, grains, mais surtout pétole durable, c’est bien le coin où l’on ne souhaite pas rester tanké… Le jeu des meilleurs navigateurs est là : c’est celui qui coupera le Pot au Noir au plus court qui arrivera en tête. Mais ce n'est pas si simple : le départ fin octobre du Havre n’est pas forcément une partie de plaisir. A la Toussaint, il est très fréquent que les dépressions s’invitent en Manche. En 2013, par exemple, le coup de canon a été repoussé de quatre jours, la faute à des coups de vent à répétition. Il s’agit donc, après avoir enduré la froidure de la Toussaint en Manche, les vents contraires et la houle, de se refaire la santé bercé par les alizés pour ensuite travailler au mieux ce fameux franchissement de l’équateur. Les conditions jusqu’à Itajai sont ensuite très roulantes, avec un vent de travers régulier qui tient jusqu’au sud du tropique du Capricorne.
Pour cette douzième édition, les monocoques tiennent le haut du pavé, avec 21 Imoca et 14 Class 40 inscrits, mais les multicoques seront bien les premiers au Brésil ! On compte 4 participants en Multi50 et autant chez les Ultime. Les temps de référence sur le parcours Le Havre/Itajai : 14j 17h 40’ 15" à 15,30 nœuds de moyenne pour FenêtréA Cardinal (Erwan Le Roux-Yann Eliès) chez les Multi50 – soit deux nœuds de mieux que le meilleur monocoque – et 11j 05h 03’ 54" à 22,12 nœuds de moyenne pour Edmond de Rothschild (Sébastien Josse-Charles Caudrelier) chez les Ultime.

Transat jacques Vabre

Le départ de la Transat peut être compliqué, avec une météo sauvage en Manche, comme ici en 2011…

Les forces en présence

Arkema – Multi50 Lalou Roucayrol/César Dohy

L’Aquitain est un fana de multi depuis plus de 30 ans. Après une Mini Transat, il n’a plus posé les fesses ou presque sur un mono… Excellent coureur de fond, Lalou est particulièrement à son affaire quand les conditions deviennent difficiles. Son trimaran, dernier construit de la classe Multi50, est sans doute l’un des plus performants – 1er à la Route des Princes en 2013, 2e de la Route du Rhum en 2014. Il a été victime d’un chavirage il y a deux ans, événement qui n’a en rien démotivé son skipper. Lalou est épaulé par César Dohy, dessinateur de voiles et coach du projet Arkema. Un des favoris.

Fiche technique Arkema
Classe : Multi50
Numéro de voile : FRA 9
Longueur : 15,24 m
Largeur : 15 m
Tirant d'eau : 3,5 m
Port d'attache : Port Médoc
Architecte : Romaric Neyhousser
Chantier (constructeur) : Lalou Multi
Matériaux : sandwich verre / carbone
Année de mise à l'eau : 2013
Type de gréement : mât aile
Surface de voilure au près : 160 m²
Surface de voilure au portant : 290 m²
Source de production d'énergie à bord : moteur diesel

Transat jacques Vabre

Arkema

FenêtréA Prysmian Erwan Le Roux/Giancarlo Pedote

Erwan est le grand favori en 50 pieds : c’est lui qui s’est imposé avec une aisance incroyable lors de la dernière Route du Rhum, creusant chaque jour un peu plus l’écart sur un Lalou impuissant. Et pourtant, son voilier a maintenant 6 ans. Il a déjà gagné la Transat Jacques Vabre en 2013… la 14e transat de ce marin d’exception lui portera-t-elle chance ? Il compte bien en tout cas profiter de l’expérience du jeune Italien Giancarlo Pedote, un des leaders de la classe des Mini 650 avec qui il fera équipe.

Fiche technique FenêtréA Prysmian
Classe : Multi50
Numéro de voile : FRA 3
Longueur : 15,24 m
Largeur : 15,20 m
Tirant d'eau : 3,50 m
Port d'attache : La Trinité-sur-Mer
Architecte : VPLP
Chantier : CDK
Matériaux : sandwich-mousse verre carbone/époxy
Année de mise à l'eau : 2009
Surface de voilure au près : 208 m2
Surface de voilure au portant : 255 m2
Source de production d'énergie à bord : éolienne

Transat jacques Vabre

FenêtréA Prysmian

Ciela Village – Multi50 Thierry Bouchard/Olivier Krauss

Thierry a 10 Tour de France à la voile dans les bottes et quatre podiums. Il connaît bien l’épreuve, puisqu’il s’est déjà inscrit deux fois. Aventurier tout terrain, le skipper de 56 ans adore la moto, le VTT et la haute montagne. C’est donc sa première grande aventure sur un multicoque. Certes, son 50 pieds construit en 1985 n’a pas le potentiel des unités dernier cri. Son co-skipper est Olivier Krauss, un de ses plus fidèles équipiers, réputé pour garder son sang-froid dans les pires situations et éviter la casse.

Fiche technique Ciela Village
Classe : Multi50
Numéro de voile : FRA 83
Longueur : 15,24 m
Largeur : 15,10 m
Tirant d'eau : 3,2 m
Port d'attache : La Seyne-sur-Mer
Architecte : VPLP
Chantier : CDK Technologies
Année de mise à l'eau : 2005
Surface de voilure au près : 172 m2
Surface de voilure au portant : 267 m2

Transat jacques Vabre

Ciela Village – Multi50

Rennes Métropole – Saint-Malo Agglomération Gilles Lamiré/Yvan Bourgnon

Le skipper aux yeux bleu acier aura tout juste 45 ans au départ de l’épreuve. Pas inconnu sur le circuit, il s’est forgé, en douze transats, un joli palmarès : 3e de la Route du Rhum 2014, 3e de la Transat Jacques Vabre 2013, 2e de Québec Sant-Malo… Gilles a également prouvé qu’il pouvait gérer une grosse machine : en 2010, il termine 6e des Ultime. A l’heure où nous bouclons ce numéro, son co-skipper n’est pas encore connu.

Fiche technique Rennes Métropole – Saint-Malo Agglomération
Classe : Multi50
Longueur : 15,24 m
Largeur : 14,75 m
Tirant d'eau : 3,2 m
Port d'attache : Saint-Malo
Architecte : Nigel Irens
Chantier : Marsaudon Composites
Matériaux : polyester-carbone
Année de mise à l'eau : 2009
Surface de voilure au près : 195 m²
Surface de voilure au portant : 270 m²

Transat jacques Vabre

Rennes Métropole – Saint-Malo Agglomération

Macif François Gabart/Pascal Bidégorry

Vous prenez un jeune skipper talentueux qui gagne tout – Route du Rhum, Vendée Globe – et un vieux de la veille qui claque tous les records : voilà le tandem gagnant ! A eux deux, ils comptent 28 transats, dont 8 participations à la Transat Jacques Vabre… Leur machine, tout juste mise à l’eau, manquera peut-être de fiabilité. Mais si rien ne casse...

Fiche technique Macif
Classe : Ultime
Longueur : 30 m
Largeur : 21 m
Tirant d'eau : 4,5 m
Port d'attache : Port-la-Forêt
Architecte : VPLP
Chantier : CDK / Multiplast
Année de mise à l'eau : 2015
Surface de voilure au près : 430 m2
Surface de voilure au portant : 650 m2

Transat jacques Vabre

Macif

Sodebo Ultim’ Thomas Coville/Jean-Luc Nélias



Nombre de transats de Thomas ? 30 au moins, on ne sait plus trop. Son palmarès ? En vrac : 7 tours du monde dont 5 en multicoque, 9 passages du cap Horn, 7 records en solitaire, 4 Route du Rhum – trois podiums… Bref, cet ingénieur de formation âgé de 47 ans est au top de sa forme et de ses connaissances techniques. Assisté par Jean-Luc Nélias, expert de la stratégie de course et de l’analyse météo, Thomas a de sérieux arguments pour mettre tout le monde d’accord, y compris le record de l’épreuve… d’autant que sa machine de 31 m, mise à l’eau l’année dernière, est une bombe !

Fiche technique Sodebo Ultim’
Classe : Ultime
Numéro de voile : FRA 73
Longueur : 31 m
Largeur : 21,20 m
Tirant d'eau : 2,2 m
Port d'attache : La Trinité-sur-Mer
Architecte : Cabinet VPLP
Chantier : Multiplast
Année de mise à l'eau : 2014
Surface de voilure au près : 442 m2
Surface de voilure au portant : 662 m2
Source de production d'énergie à bord : hydro-générateur et moteur thermique

Transat jacques Vabre

Sodebo Ultim’

Prince de Bretagne Lionel Lemonchois/Roland Jourdain

Pas loin de 50 transats à eux deux… voilà des vrais aventuriers rodés pour affronter les longues nuits à la barre sans dormir, le mauvais temps et les incessantes manœuvres. Sûr, rien ne peut les décourager, sinon finir sur le toit ! Et c’est là que leur immense expérience paiera : savoir gérer une machine surpuissante de 80 pieds. Car Prince de Bretagne est l'extrapolation d'une plateforme de 60 pieds. Avec deux mètres de flottaison en plus, il est encore bien plus rapide que les anciens ORMA… ça promet !

Fiche technique Prince de Bretagne
Classe : Ultime
Numéro de voile : FRA 80
Longueur : 23,3 m
Largeur : 18,24 m
Tirant d'eau : 4,3 m
Port d'attache : Lorient
Architecte : VPLP
Chantier Multiplast
Matériaux : carbone
Année de mise à l'eau : 2012
Déplacement : 7,2 t
Type de gréement : mât aile
Surface de voilure au près : 317 m2
Surface de voilure au portant : 441 m2
Source de production d'énergie à bord : moteur diesel

Transat jacques Vabre

Prince de Bretagne

Actual Yves le Blévec/Baptiste Le Vaillant

L’ancien trimaran de Thomas Coville reprend du service ! Construit en 2007, il reste dans le coup en termes de performances, mais ce sera à Yves d’apprivoiser la bête. Le marin, modeste et méthodique, s’est fait une place dans le circuit des Multi50 : il compte bien faire la même chose chez les Ultim. A son rythme… Notez que son partenaire était déjà là en 2007, quand il a gagné la Transat 650. Et le choix de Baptiste Le Vaillant comme coéquipier fait du duo un vrai outsider.

Fiche technique Actual
Classe : Ultime
Numéro de voile : FRA 53
Longueur : 31 m
Largeur : 16,55 m
Tirant d'eau : 4 m
Port d'attache : La Trinité-sur-Mer
Architecte : Nigel Irens
Chantier : Boat Speed
Année de mise à l'eau : 2007
Surface de voilure au près : 395 m2
Surface de voilure au portant : 500 m2

Transat jacques Vabre

Actual

La Jacques Vabre en chiffres

1993 : première édition de la Route du Café
226 : c’est le nombre d’équipages qui ont participé à l’épreuve
60 : c’est le record de participations – en 2007
10 : c’est le nombre de jours de l’ouverture du village de la course au Havre. Ouverture du village le vendredi 16 octobre à 16h. Le village sera ensuite ouvert tous les jours jusqu’au 25 octobre de 10h à 20h. Nocturnes jusqu’à 22h, le samedi 17, le vendredi 23 et le samedi 24 octobre. Soirées de 21h à 4h du matin à la tente festive.
11 : c’est le nombre de jours qu’a mis le Mod70 Edmond de Rothschild lors de sa participation en 2013, record à battre.
4 : le nombre de doubles vainqueurs en multicoque – Paul Vatine en 1993 et 1995, Franck Proffit en 1999 et 2003 en multicoque, Steve Ravussin en 2001 et 2007, Erwan Le Roux (2009 et 2013 en Multi50)
2 : les triples vainqueurs : Franck Cammas en 2001, 2003 et 2007, Franck-Yves Escoffier en 2005, 2007 et 2009.

La classe Multi50

Après la bérézina des multicoques de 60 pieds en 2007 – l’édition de la Route du Rhum 2002, avec l’abandon de 15 participants sur 18, y est pour beaucoup –, de nombreux coureurs, solitaires principalement, se sont intéressés à des multicoques moins extrêmes, plus sûrs et bien sûr moins coûteux : la classe Multi50 est née. Elle regroupe d’anciens multicoques des années 1980 et des protos dernier cri comme Arkema à Lalou Roucayrol, capable de flirter avec les 30 nœuds. La jauge édictée en 2007 accueille les catas et les tris, mais l’usage du nid d’abeille, des foils ou des mâts basculants est interdit. La classe rassemble aujourd’hui 9 unités, construites de 1983 à 2013.

Caractéristiques techniques
Longueur maximum : 15,24 m (50 pieds)
Largeur maximum : 15,24 m
Tirant d’eau maximum : 3,50 m
Tirant d’air : 23,77 m
Poids lège minimum trimaran : 3 000 kg
Poids lège minimum catamaran : 2 500 kg
Surface de voile au près et au portant : libre
Quatre appendices maximum (dérives, safrans), technologies de construction réglementées, sept voiles maximum, dont un tourmentin et une voile de cape…

La classe Ultime

Les voiliers géants, c’est une longue histoire, démarrée avec l’incroyable monocoque Club Méditerranée d’Alain Colas – 72 mètres tout de même. Après l’édition de 1976 de l’OSTAR, la taille des bateaux est limitée à 17 mètres hors-tout. La Route du Rhum change la donne, en ouvrant les inscriptions à toutes les tailles, multicoques compris. C’est ainsi qu’Eugène Riguidel traverse l’Atlantique à bord de son maxi-trimaran de 27,10 m William Saurin. Las, de 1982 à 1990, la longueur des bolides de course est limitée à 22,80 m, puis à 18,28 m. C’est le Trophée Jules Verne, en 1993, qui bouscule la donne avec le retour des multicoques géants. En 2010, la Route du Rhum renoue avec son esprit d’origine : fini la limitation de taille ! La classe Ultime est née !

Caractéristiques techniques :
Longueur : comprise entre 21,33 m (70 pieds) et 32,00 m (105 pieds)
Largeur maximum : 23 m
Tirant d’eau : libre
Tirant d’air : 120 % de la longueur de coque
Garde à la mer : 1,70 m
Surface de voile au près et au portant : libre
Pas de contrainte technologique, pas de tirant d’eau maximum, pas de limite d’appendices.

Partagez cet article