Multicoque

Australie - Coques en stock

Créez une alerte e-mail sur le thème "Multicoque"

Ancêtres de nos praos

J’aurais aimé vous dire que les premiers Australiens sont arrivés par la mer en prao, mais ce n’est pas vrai. Ils sont arrivés, depuis l’Asie du Sud-Est, à pied, à la fin de la dernière époque glacière. En 50 000 avant J.-C., la terre compte moins d’un million d’habitants. Une baisse d’environ 150 m du niveau de la mer permet aux premiers humains originaires d’Afrique, présents au bord de ce qui est aujourd’hui le golfe de Thaïlande, de poursuivre leur conquête de l’est. Ils peuvent, à pied sec, peupler l’Indonésie, la NouvelleGuinée puis l’Australie. En effet, à l’époque, l’ensemble ne formait qu’un seul continent, nommé Sahul. C’est sur cet arc désormais océanien que l’on retrouve pourtant la trace des premières pirogues à balancier au design étonnamment moderne, ancêtres de nos praos. Ces embarcations ont pourtant plus de 3 000 ans ! Les explorateurs européens du XVIIe siècle qui (re)découvrent ces contrées sont tous impressionnés par la vitesse des pirogues rencontrées dans le Pacifique. L’Anglais William Dampier (1651-1715), premier à cartographier une partie des côtes de l’Australie, en mesure la vitesse : « 18 nœuds sur plusieurs centaines de milles ». L’Australie a donc bien le multicoque dans les gènes, et ça ne date pas d’hier !

Un bateau pour 24 habitants

Mais intéressons-nous à une période plus contemporaine. Charles Lindsay, constructeur de dériveurs, est lui aussi fasciné par les multicoques traditionnels. En 1952, il dessine un premier prototype de catamaran. Deux ans plus tard, le modèle définitif mesure 20 pieds de long et prend le joli nom d’Yvonne. Le premier championnat national a lieu en 1956. La classe « Yvonne 20 » existe toujours, preuve d’un trait de crayon aussi génial qu’avantgardiste. Inutile de préciser que le Hobie Cat 14, conçu en 1968, puis ses descendants – ainsi que ses concurrents – trouveront en Australie un terreau fertile. Il faut dire que les conditions climatiques, la sociologie et la géographie sont ici particulièrement favorables au développement de ce nouveau concept en plein essor dans les années 70 : des loisirs au soleil et sur l’eau. Du soleil, l’Australie en a à revendre, environ 300 jours par an à Brisbane, par exemple. Cela ne va pas sans créer quelques contraintes. Se protéger des UV est un impératif, puisque le pays est situé sous un immense trou dans la couche d’ozone – le taux de cancers de la peau est en Australie parmi les plus élevés au monde. Bidon de crème solaire, version mayonnaise pour collectivité à disposition à bord. De l’eau, salée, il y en a aussi, tout autour, le long de ses 25 000 km de côtes. 85 % de la population (un peu plus de 25 millions d’habitants) vivant sur le littoral, le taux de bateaux immatriculés par habitant est parmi les plus élevés au monde : un bateau pour 24 habitants, pas moins ! Seuls les pays scandinaves et la Nouvelle-Zélande font mieux. Nous sommes donc plutôt au niveau des Etats-Unis, mais sans les plans d’eau ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article