‹ Retour destination

Îles Vierges Américaines - L’Amérique au parfum Caraïbes

Destination de rêve pour louer un multicoque, les îles Vierges offrent un territoire aussi vaste que varié. Les hasards de l’histoire l’ont en effet éparpillé entre trois différentes nations, la Grande-Bretagne, l’Espagne et les Etats-Unis. Si cette dernière partie n’est pas forcément la plus réputée, elle offre toutefois un terrain de jeu idéal pour caboter et se relaxer.

Situation géographique


Les Îles Vierges américaines sont situées dans la mer des Caraïbes à environ 32 milles à l’est de Porto Rico et sont considérées comme appartenant aux Grandes Antilles. Elles sont en fait la troisième partie des îles Vierges – avec les îles Vierges espagnoles et britanniques. Si la partie anglaise est un peu plus populaire, peut-être à cause de son aspect plus découpé, les deux nations ne sont séparées que par un étroit chenal au nord-est de St. John.
Le territoire qui nous intéresse ici est composé de trois îles principales, St. John, St. Thomas à l’ouest et St. Croix au sud. S’ajoute à cela une cinquantaine de petites îles et îlots.
Appartenant auparavant au Danemark, les USVI ont été achetées par les Etats-Unis en 1917 pour des raisons stratégiques. Bien qu’elles soient américaines, ces îles sont un territoire non incorporé, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’un Etat.
D’origine volcanique, cet archipel offre dès lors un relief assez montagneux couvert par une végétation luxuriante, avec comme point culminant Crown Mountain (474 m) sur l’île de St. Thomas. Les îles Vierges sont également renommées pour leurs innombrables criques, propices au mouillage, pour leurs plages de sable blanc et pour leurs eaux cristallines où prospère une faune très colorée.
Autre intérêt, un parc naturel occupe environ 60 % de la surface de l’île de St. John, ainsi que Hassel Island et quelques autres îlots. Cela permet de profiter d’une nature préservée et de sentiers de randonnée absolument bucoliques.
Les nombreuses plages et quelques villes portuaires permettent également de débarquer pour partir explorer les terres où quelques bâtiments historiques se noient au milieu d’une architecture très caraïbe. La population est en majorité noire, tandis que les Hispaniques représentent une part non négligeable. De manière générale, les îles sont peu peuplées, ce qui procure une atmosphère relaxante.
Le tourisme constitue sans surprise la principale ressource économique des îles, avec environ 2 millions de visiteurs chaque année, incluant les croisiéristes.

Navigation


Question navigation, c’est évidemment le paradis du charter, avec de très nombreuses agences de location et une flotte composée en grande partie de multicoques. Toutefois, à part quelques spots très touristiques, les criques ne sont pas surpeuplées, et l’on peut toujours bénéficier d’un mouillage tranquille pour admirer le coucher de soleil (avec les alizés d’est dominant, les meilleurs mouillages sont orientés à l’ouest). Les eaux calmes et limpides se prêtent également très bien aux activités nautiques, qu’il s’agisse du ski nautique, du kite, du stand up paddle ou du snorkelling.
Côté infrastructure, en dehors des principales villes, les marinas sont quasiment inexistantes. Dès lors, mieux vaut prévoir le nécessaire côté avitaillement, ainsi que les pleins d’eau et de carburant. De par la configuration des lieux, l’annexe est absolument obligatoire, que ce soit pour aller sur la plage ou pour vous rendre au petit restaurant local.
Enfin, la majeure partie du temps, on doit donc naviguer avec un vent d’est – parfois fort –, une donnée qu’il convient de prendre en compte au moment de préparer son itinéraire.
La plupart des navigations démarrent de Charlotte Amalie, la capitale située sur St. Thomas, ou de St. John. On y trouve des marinas bien équipées et les magasins nécessaires pour l’avitaillement.
A partir de là, les possibilités sont presque infinies en fonction de vos envies, du temps disponible, mais aussi des conditions météo.
Au départ de Charlotte Amalie et par vent d’est soutenu, privilégiera la côte sud ou ouest pour trouver un abri.

Météo


Le climat des îles Vierges américaines est relativement chaud, avec un minimum de 22 °C et des températures grimpant autour de 35 °C les mois les d’été. En moyenne, la température se situe autour de 27 °C. Les îles sont également connues pour leur couverture nuageuse assez présente. Les précipitations sont fréquentes, mais ne durent pas forcément longtemps, avec un volume plus important d’août à novembre. Le climat est également très humide, avec un taux d’humidité de 78 % et plus entre mars et janvier.
Pour tempérer cela et pour faire avancer nos multicoques, le vent est également assez présent. Principalement d’est, il s’établit en moyenne entre 11 et 16 nœuds tout le long de l’année, ce qui pousse à chercher des mouillages sur la côte ouest de chaque île ou dans des criques bien protégées.
Les USVI représentent également un bon spot pour les activités nautiques, puisque la température de l’eau descend rarement en dessous de 26 °C et peut monter jusqu’à 29 ou 30 °C. L’archipel est baigné par des eaux turquoise et transparentes, notamment dans les criques bien abritées.
Au final, la meilleure période de l’année pour naviguer aux îles Vierges américaines s’étend de décembre à avril. La saison des ouragans démarre en juin et se termine en octobre.
Itinéraire
Jour 1 - Charlotte Amalie (Yacht Haven Grande) - Christmas Cove (8 milles)
L’avitaillement terminé, on met le cap au sud, puis sud-est pour rejoindre Christmas Cove, une baie abritée par Great St. James. Un spot idéal pour le snorkelling avec une faune abondante. Attention, l’ancrage n’est autorisé qu’aux endroits où il n’y a pas d’herbiers marins ni de coraux. C’est là aussi que se trouve Pizza Pi, un voilier transformé en pizzeria.
Jour 2 - Christmas Cove - Caneel Bay (5 milles)
On remonte un peu au nord pour rejoindre St. John et une première escale dans une baie avec une très jolie plage de sable blanc. Pour y passer la nuit, il faut utiliser une bouée de mouillage du National Park Service (NPS), une boule blanche avec une bande bleue pour 26 $ en espèces par nuit. De là, on peut aussi se rendre facilement à Cruz Bay, la ville principale de St. John.
Jour 3 - Caneel Bay - Maho Bay (5 milles)
Un saut de puce suffit pour se retrouver dans une grande baie assez profonde. Entouré de collines assez hautes, l’endroit constitue un très bon abri pour les vents d’est. On y trouve de jolies plages, et l’absence de lumières urbaines est propice à l’observation des étoiles.
Jour 4 - Maho Bay - Leinster Bay (6 milles)
On remonte encore vers le nord en laissant Mary Point sur tribord, puis cap à l’est en empruntant le chenal entre les îles Vierges américaines et les îles Vierges britanniques. Déconseillée par vent bien établi, la baie de Leinster est considérée comme le spot de snorkelling numéro 1 de l’île. Pour y passer la nuit, il faut utiliser une bouée de mouillage du NPS – toujours pour 26 $.
Jour 5 - Leinster Bay - Hansen Bay (10 milles)
Cap à l’est entre les USVI et BVI, puis au sud pour aller contourner le Privateer Point, la pointe la plus à l’est de St. John, puis Red Point avant de remonter vers le nord le long de Long Bay jusqu’à Hansen Bay.
Bien protégée, cette baie est idéale pour profiter de la baignade. Juste en face du mouillage, se trouve Miss Lucy, un restaurant de cuisine locale, et l’on peut aussi pousser un peu plus loin pour rejoindre Salt Pond Beach, une plage de rêve bien abritée avec du sable blanc et le Ram Head Trail, qui permet de rejoindre le sommet d’une colline avec une vue panoramique sur St. John et les BVI.
Jour 6 - Hansen Bay - Magens Bay (23 milles)
On part vers le sud puis on met le cap nord-ouest pour une superbe navigation le long de la côte sud de St. John puis au nord-est de St. Thomas. Une fois passé Thatch Cay, la mer peut parfois devenir un peu agitée, car on est un peu plus exposé. On laisse Hans Lollik sur tribord puis on contourne Picara Point pour entrer dans la superbe Magens Bay. Très populaire, cette baie est aussi très fréquentée, mais vous aurez la soirée et le petit matin pour en profiter. Petite astuce, si vous voulez économiser l’eau du bord, la plage possède des douches.
Jour 7 - Magens Bay - Charlotte Amalie (25 milles)
Dernière étape avec une navigation le long de la partie nord de St. Thomas, un secteur magnifique, mais très rocheux. Une fois passé Salt Cay, on vire au sud, laissant sur bâbord Mermaid’s Chair, une très jolie petite plage. Un peu après David Point, on vire à l’est .On glisse entre l’aéroport et Water Island jusqu’à rejoindre la baie de Charlotte Amalie, soit en se faufilant entre St. Thomas et Hassel Island, soit en contournant cette dernière.
En bonus
Si vous avez quelques jours de plus, vous pouvez filer vers St. Croix, situé à environ 36 milles de St. Thomas. La mer est souvent agitée avec une houle de 1,50 à 2 m, il convient donc de bien prendre la météo. L’île offre également bien moins d’abris que St. Thomas ou St. John. Une exception à la règle tout de même : la baie de Christiansted est à la fois vaste et bien abritée.

Les USVI pratique


Population : 105 870 habitants (2021)
St. Thomas (51 181), St. John (4 170), St. Croix (50 600)

Superficie : 346,4 km2

Langues : anglais - l’espagnol est aussi très populaire

Fuseau horaire : UTC- 4

Monnaie : On utilise évidemment le dollar américain (1 € = 1,09 $) avec quelques distributeurs d’argent à Charlotte Amalie sur St. Thomas, à Cruz Bay sur St. John et à Christiansted ou Frederiksted sur St. Croix.

S’y rendre : Les USVI profitent de deux principaux aéroports internationaux, Cyril E.King Airport (STT) à St. Thomas et St. Croix’s Henry Rohlsen Airport (STX) sur St. Croix.
Pour se rendre d’une île à l’autre, il existe plusieurs possibilités. On peut voyager par les airs avec une compagnie régulière, prendre l’hydravion pour une expérience excitante ou encore emprunter le ferry.

Formalités : S’agissant d’un territoire américain, il faut, pour les non-Américains, se plier aux mêmes exigences que pour n’importe quel point d’entrée du territoire, c’est-à-dire posséder un passeport et un ESTA ou visa, selon votre pays d’origine.

Loueurs : Les USVI comptent un grand nombre de loueurs, en voici quelques-uns, sachant que la liste n’est pas exhaustive.
The Moorings, Dream Yacht Worldwide, Virgin Islands Yacht Charters, Anchors Away, Epic Yacht Charters, Happy Island Charters, etc.

Transport sur les îles : Il existe quelques lignes de bus, mais aussi les traditionnels taxis et les Safari Cab, des pick-ups trucks dont l’arrière a été aménagé pour transporter des passagers : sensations et cahots assurés…
Il existe également quelques taxis nautiques, pratique pour aller faire les courses et retourner au multicoque.

Grâce à un climat chaud et humide, la végétation est luxuriante, quelle que soit la période de l’année.
Grâce à un climat chaud et humide, la végétation est luxuriante, quelle que soit la période de l’année.
Lindquist Beach, tout à l’est de St. Thomas, est une des plus fameuses plages de l’archipel.
Lindquist Beach, tout à l’est de St. Thomas, est une des plus fameuses plages de l’archipel.
Dans certaines baies, l’ancrage est interdit, il faut donc s’amarrer à une bouée pour moins de 30 $ la nuit.
Dans certaines baies, l’ancrage est interdit, il faut donc s’amarrer à une bouée pour moins de 30 $ la nuit.
L’anse de Cruz Bay, la principale ville de St John offre un décor paradisiaque et permet de rejoindre la plage avec une annexe.
L’anse de Cruz Bay, la principale ville de St John offre un décor paradisiaque et permet de rejoindre la plage avec une annexe.
De nombreux trails, souvent accessibles depuis la plage, permettent de se dégourdir les jambes et de profiter de la végétation et du panorama.
De nombreux trails, souvent accessibles depuis la plage, permettent de se dégourdir les jambes et de profiter de la végétation et du panorama.
Comme partout dans les Caraïbes, la couleur est omniprésente, des plaques d’immatriculation aux enseignes.
Comme partout dans les Caraïbes, la couleur est omniprésente, des plaques d’immatriculation aux enseignes.
Les îles Vierges constituent  la résidence de quelques espèces endémiques comme ces  melocactus.
Les îles Vierges constituent la résidence de quelques espèces endémiques comme ces melocactus.

Partagez cet article