Catamaran à moteur

Power 67 #1 - Un convoyage de 2 500 milles !

Créez une alerte e-mail sur le thème "Catamaran à moteur"

C’est donc en Grèce que le constructeur Fountaine Pajot a organisé un shooting photo de sa grande nouveauté powercat : récit de ce convoyage et images exclusives.

« Nous quittons La Rochelle avec du vent de nord-est bien établi, 25 à 35 nœuds de moyenne et une mer qui se forme au fur et à mesure que nous quittons l’abri de la côte. Le catamaran se comporte merveilleusement bien, le pilote gère la mer de l’arrière sans aucun souci. A faible régime, nous atteignons vite une allure de croisière de 9 nœuds pour une consommation dérisoire. Nous nous étions fixé un objectif de minimum 200 milles par jour, nous les dépassons aisément. En moins de deux jours, le golfe de Gascogne est derrière nous. Le soleil apparaît enfin et les températures remontent. Le temps d’enrouler le cap Saint-Vincent au sud-ouest du Portugal et voici (presque) le détroit de Gibraltar devant nos étraves. Nous passons Tarifa. Il reste 18 milles avant le mouillage de La Linea, et à peine une heure de jour. C’est le moment de profiter des 2 x 480 CV qui nous propulsent en souplesse à 17-18 nœuds : nous rejoignons le mouillage à la tombée de la nuit.

9 nœuds en vitesse de croisière

Le lendemain, tout se déroule parfaitement. A l’issue du plein de carburant et de la révision des deux moteurs Volvo par l’agent local, nous voilà de nouveau en mer avant la nuit. Notre objectif est de rejoindre Athènes sans escale, 1 500 milles plus loin. La météo est parfaite – la mer est belle et le vent faible. Pour compléter cette magnifique navigation, un thon a la bonne idée de se prendre dans la ligne. Cela va changer l’ordinaire. Détroit de Messine droit devant. Nous quittons les eaux italiennes et pointons déjà nos étraves vers les îles grecques. A plus de 9 nœuds en vitesse de croisière, les milles défilent, et le confort en navigation reste très appréciable. Les glaçons délivrés par l’ice-maker rafraîchissent agréablement le drink de coucher de soleil. Passés sous le pont de Patras, nous embouquons le canal de Corinthe, un passage toujours délicat pour les unités de grande taille. Le canal fait 25 mètres de large et le Power 67 près de 10 mètres. Aucun écart de route n’est toléré… Mais la direction hydraulique très légère du powercat nous permet de franchir cet obstacle sans soucis, et même d’apprécier le ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article