‹ Retour Magazine

N° 201

Juin / Juillet
Multicoques Mag n°201

Multicoques Mag

Numéro : 201

Parution : Juin / Juillet 2020

Vous aimez cet article ?

aucune note
18148 Clients ont déjà acheté ce magazine
Version numérique 6,20 Produit téléchargeable Acheter le PDF
Version papier -Frais de port offerts 6,90 Acheter le magazine

Produit en stock


ESSAIS VOILE

Diam 24

Seawind 1260

KC 62

ESSAIS MOTEUR

Aquila 36

Leopard 53 PC

DOSSIER

La grande croisière en quarantaine ?

VOYAGES

Cartes postales

Las Perlas – Panama

CHRONIQUE AUTOUR DU MONDE

Atlantique nord en musique

PRATIQUE

B.a.-ba du multi : confinement mode d’emploi 

Diagnostic : gestion du bord

MULTIHULL OF THE YEAR

Les résultats 2020

RUBRIQUES

Au portant

L’œil du photographe

Echos des pontons

Shopping

Spots des lecteurs

Occasion 

Petites annonces

Chic et choque : Nauta Design

 

Mondialisation : on garde le meilleur !

Produire à l’autre bout de la planète, consommer et voyager plus que de raison : autant de comportements qui vacillent à l’heure du bilan de la crise sanitaire. Les bienfaits vantés jusqu’alors de la mondialisation sont sérieusement mis en doute. Pourtant, en ce qui concerne Multicoques Mag, c’est précisément notre ancrage mondial qui nous a permis de vous offrir ce numéro, riche de cinq essais. Etre partout, c’est être mieux informé, disposer des outils pour anticiper et compter sur des collaborateurs de l’autre côté des océans et des mers. Reste que la pandémie de Covid-19 laissera des traces dans le nautisme. Contraints parfois à des semaines de fermeture, constructeurs et équipementiers vont maintenant s’atteler à reconstruire leurs carnets de commandes dans un contexte économique difficile. La plupart des multicoques des loueurs, en raison des restrictions de circulation, restent à quai faute d’équipage. Quelles conséquences pour notre passion de naviguer sur plusieurs coques ? Dans l’immédiat, l’envie d’aller sur l’eau, se griser d’embruns, profiter au mouillage d’une eau tiède et transparente, n’a jamais été aussi forte. Mais la grande croisière, avec ses ports fermés et ses mesures de quarantaine, perd une bonne partie de son attrait – et même peut-être de son sens. Les grands rassemblements – salons et régates – sont quant à eux en suspens. Adaptons-nous ! Et pour commencer, profitons des îles, des baies et des estuaires à notre portée. Savez-vous que tous nos pays totalisent – sans compter les rivages des lacs – 184 000 milles de côtes ? Bonne lecture,

Emmanuel van Deth / Rédacteur en chef

 

A demain…

A l’heure où vous lirez ces lignes, certains d’entre nous commenceront – peut-être – à retrouver une relative liberté de mouvement. Il ne s’agira vraisemblablement pas encore de partir autour du monde à bord de notre multicoque préféré, mais de, déjà, pouvoir naviguer… Un luxe après plusieurs mois d’un confinement auquel nous n’étions pas préparés. Pour tenir, il nous aura fallu replonger dans les souvenirs et les photos de nos plus belles navigations et autres mouillages idylliques. Et rêver à des lendemains plus heureux en commençant à préparer nos prochaines croisières… Cette volonté d’aller de l’avant – véritable adage pour les passionnés de multicoques que nous sommes –, on la retrouve bien évidemment chez vous, amis lecteurs. Vous qui avez partagé avec nous, tout au long de cette période, vos doutes mais aussi vos espoirs et vos projets toujours aussi inspirants. Et que dire de la majorité des pros du nautisme, qui, partout à travers le monde, ont tout d’abord fait front pour protéger leurs collaborateurs, puis trouver des solutions pour relancer la machine et nous permettre de retourner naviguer dès que possible ? Une fois de plus, la grande famille du multicoque s’est montrée unie afin de passer cette période de gros temps. Alors, on appareille bientôt ? Soyez prudents et prenez soin de vous !

Gerbert Rambaud – Directeur général de Jours de Passions

 

 

Vous aimez cet article ?

aucune note

Partagez cet article