Essai occasion

Lagoon 500 Un des meilleurs choix pour partir, le fly en prime !

Publié le 01 août 2015 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "Essai occasion"

Le Lagoon 500 est un représentant de la génération "440", laquelle succède à celle du 410. Les vitrages verticaux et panoramiques sont conservés, mais les rondeurs du rouf cèdent le pas à des lignes plus anguleuses. Le 500 enchaîne également le concept du flybridge avec poste de pilotage surélevé présenté par son petit frère. En 2006, la polémique ouverte avec le 440 – pour ou contre le fly – est loin d’être terminée… Lagoon reste un chantier aussi innovant que provocateur. Aujourd’hui, les usagers des catamarans s’accordent sur le bien-fondé de la formule, qui libère tout le cockpit arrière pour le farniente. Reste que la bôme est forcément très haute, ce qui peut compliquer la mise en place du lazy-bag, sans parler d’une éventuelle intervention sur les bosses de ris. Avec ses deux mètres de longueur en plus – par rapport au 440 –, le 500 devient un vrai croiseur océanique. Avec lui, les programmes les plus ambitieux deviennent possibles. Manœuvrer une telle unité au port ne pose pas de problème particulier : la vue est bonne depuis le fly, et les deux moteurs (55 ou 75 chevaux), espacés de 7 mètres, permettent des rotations franches en inversant les gaz. Même sensation au moment d’établir les voiles : certes, un tirant d’air équivalant à une longueur de piscine, ça impressionne… mais au final, les manœuvres, intelligemment concentrées sur les trois winches du poste de barre, se gèrent facilement. En série, Lagoon offrait un winch électrique. Les deux autres l’étaient en option. A la barre, perché sur le fly, peu de sensations… si ce n’est de piloter un engin déjà sacrément puissant : 160 m2 et 20 tonnes en charge, ce n’est pas rien.

Essai occasion Lagoon 500

La nacelle en aile de mouette déflecte efficacement les paquets de mer ; le bateau reste confortable au près dans la brise.

Plutôt bon marcheur

La bonne surprise par petit temps, c’est que le 500 ne rechigne pas à glisser. Une bonne volonté qui sera meilleure encore s’il est équipé d’hélices repliables. Et dès 10 nœuds de vent, le 500 se révèle être un des catamarans catégorie "tout confort" les plus rapides. Au travers, à partir de 4 Beaufort, il cavale à 10 nœuds, soit de belles possibilités pendant une transat, le plus souvent effectuée avec des vents portants et modérés. Au près serré, le cap est forcément limité du fait des ailerons peu profonds et du fardage conséquent des coques et la nacelle : il ne faut alors pas espérer faire mieux que 50 à 55° de l’axe du vent. En revanche, dans la mer formée, le comportement du Lagoon 500 est surprenant : il tangue relativement peu, ses mouvements sont souples et les quelques chocs très amortis. Il est d’ailleurs surprenant, depuis la nacelle au calme, de mesurer d’un coup l’état de la mer et la force du vent à l’extérieur. Le confort en mer est assurément un des meilleurs atouts du Lagoon 500 pour tous ceux – et ils sont nombreux – qui souhaitent prendre le large. Au portant par gros temps, le 500 reste un catamaran ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article