‹ Retour essai

[Occasion] Dragonfly 920, aussi agréable au surf que facile à "garer"…

Publié le 20 septembre 2017 à 12h26

Prix de l'essai5,00

Acheter maintenant

Avec son maître-bau de monocoque une fois replié, et ses performances permettant de croiser à une vitesse à deux chiffres une fois déplié, ses qualités étaient à la hauteur de son prix : élevées. 20 ans après sa sortie, le Dragonfly 920 devient très abordable, et toujours aussi amusant à barrer. Alors, autant en profiter !

Qui rêve multicoque, objecte souvent anneau d’amarrage… Il faut bien reconnaître que cette problématique portuaire est le principal obstacle à l’acquisition d’un multicoque, qui, sinon, vous propose les plaisirs les plus fantasmatiques constitués de longs plannings et de sensations fortes. Pour résoudre le problème du port, le chantier danois Quorning Boats replie les bras de ses trimarans depuis 1989… Le 800 d'abord, puis tous les trimarans de la gamme depuis lors, avec leur dispositif dénommé Swingwing, permettent de faire pivoter, par la simple manipulation d’une bosse, les flotteurs horizontalement le long de la coque, de finir son approche au moteur et de s’amarrer à l’emplacement d’un monocoque de même taille. Les Dragonfly constituaient dans la décennie 90 une gamme de croiseurs rapides et grisants couvrant des programmes allant du day boat au grand voyage. Débarrassés de leur inconvénient majeur – une largeur importante au port –, ils connaissent un vrai succès avant d’être remplacés à partir de 2006 par une nouvelle génération de trimarans (D25, 28, 32 et 35). Aujourd’hui, le chantier compte pas moins de 800 bateaux produits, belle réussite.

Une longue carrière

Le D...

Pour lire l'intégralité de ce contenu, achetez l'essai

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Pour lire la suite
achetez l'essai

Prix de l'essai5,00

Acheter maintenant

Partagez cet article