Océan Indien

AFRIQUE DU SUD de Richards Bay à Knysna - Convoyage à hauts risques

Créez une alerte e-mail sur le thème "Océan Indien"

A bord de Jangada, c’est une ambiance de rentrée pour l’équipage. Retour aux affaires du tour du monde ! Demain, nous appareillons pour l’Afrique du Sud, via le sud de Madagascar. A la lenteur des manœuvres, je sais que nous avons encore l’esprit à terre. Jangada s’ébroue, ses carènes sont sales après quatre semaines passées à quai. Lui aussi doit se remettre au boulot, du côté du large.
Direction Richards Bay, en Afrique du Sud, à 85 milles au nord de Durban, et à 1 356 milles de La Réunion. Un grand port marchand de vrac, qui a l’avantage d’être situé à l’intérieur d’une lagune bien protégée. On y trouve un yacht-club réputé sympathique, le Zululand Yacht-Club. Sur notre route, le plateau continental sud de Madagascar, de mauvaise réputation. Un coin où les vents accélèrent, en s’opposant, sur des fonds faibles, à la houle générée par les dépressions des quarantièmes, qui se succèdent au sud. Au troisième jour de mer, les souvenirs de nos derniers jours à La Réunion s’estompent doucement. Un paille-enqueue d’un blanc immaculé est venu nous survoler. C’est curieux comme cet oiseau, qui semble à première vue être un piètre voilier tant son vol apparaît saccadé, mal assuré, est en fait capable de vivre loin de la terre, au grand large.

Première escale : Richards Bay
Au 8e jour de traversée, il nous reste une bonne cinquantaine de milles à abattre au coucher blafard du soleil, ce qui laisse entrevoir une arrivée au creux de la nuit. Quelques heures plus tôt, le baromètre électronique avait déclenché son alarme sonore de chute rapide de la pression atmosphérique, signe que nous rentrions de plein fouet dans la dépression localisée sur Richards Bay… Je n’avais pas envie de traîner en mer, au risque de prendre 35 nœuds de vent dans le nez à 30 milles de l’arrivée.
Vitesse 10/11 nœuds, embruns salés, paquets de mer. Je décide de ne pas ralentir. A 03h00, nous franchissions les brise-lames, la pleine lune jouait avec les nuages qui couraient bas dans le ciel. Soudain, le calme de la rivière, les bouées rouges et vertes, les senteurs de la terre humide, l’odeur de la vase. Magie d’arriver par la mer, en voyageurs, dans un pays que l’on ne connaît pas. Au lever du jour, surprise : des singes partout sur le quai, sur les toits alentour aussi ! Ils montent sur les voiliers, habités ou pas, pénètrent discrètement dans les bateaux, de préférence ceux dont les descentes ou nacelles sont restées ouvertes, ressortent avec un paquet de biscuits, un sachet de chips ou un ananas volé, s’installent dans les cockpits, et se mettent tranquillement à bouffer… Après les formalités, nous quittons Tuzi Gazi pour la petite rivière du Zululand Yacht-Club. Nous sommes bien installés, tout à côté d’un parc verdoyant, d’une petite piscine, d’une petite plage. L’océan Indien touche à sa fin. Enfin presque…


La passe d’entrée au havre de Knysna, par beau temps. Au centre, on aperçoit Emu Rock, à éviter. Malgré les apparences, ce passage est classé dans le top 10 des ...

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Devenir membre

Devenez membre de la communauté Multicoques et profitez de nombreux avantages !

Devenir membre

Partagez cet article