L'œil du photographe

L'oeil du photographe

Publié le 20 novembre 2016 à 15h18

Créez une alerte e-mail sur le thème "L'œil du photographe"

 

 

 

 

 

 

 

Les splendides Marquises nous laisseront un souvenir gravé au plus profond de nos cœurs, celui d’un archipel pur où l’on puise une source de vie fraîche, naturelle, où le peuple qui vous parle simplifie les mots et accorde autant d’importance à un fruit qu’à sa vie.

Le soleil tombe lentement, et la verdure qui boise le sol de Tahuata s’enflamme, nous imaginons les chevaux sauvages galoper sur les plaines, rêvant Gauguin, fredonnant Brel…

Nous ne sommes qu’une dizaine à nous partager le mouillage, et pourtant, nous sommes dans un des plus populaires mouillages des environs d’Hiva-Oa et de Tahuata. Une légère houle de sud-ouest ne tardera pas à désengager les monocoques de l’ancrage, s’agitant de gauche à droite, tandis que nous et notre ami Alain, seuls sur son catamaran, resterons sagement agrippés à ce paysage de rêve sans même faire battre une petite drisse sur le mât.

Une fois de plus, nous sommes isolés, nous extasiant de cette création jaillie des entrailles de la Terre il y a des millénaires…

Notre astre solaire s’endort et laisse place à la voie lactée et ses étoiles, halant leur énergie des mystiques légendes et des cultures marquisiennes.

Partagez cet article