L'œil du photographe

L’ŒIL DU PHOTOGRAPHE

Publié le 18 mai 2017 à 0h00

Créez une alerte e-mail sur le thème "L'œil du photographe"

La houle s’estompe progressivement dans notre sillage. Notre catamaran franchit une fois de plus la passe d’un atoll ; il sent les fonds se rapprocher de ses coques, il sent le courant glisser, il sent que bientôt il pourra se reposer…

Le paysage nous émerveille, des camaïeux de bleus comme nous n’en avons jamais vu se dressent face à nous.

Doucement, nous slalomons entre les récifs non cartographiés, ni balisés.

Non loin de notre destination finale, des oiseaux s’envolent ; ce sont des pélicans. De l’autre côté, des fous à pieds rouges, et ailleurs, des sternes… une multitude d’oiseaux !

Où sommes-nous donc ? Nous voici arrivés… aux "Aves de Barlovento".

Un atoll qui porte bien son nom, "aves" signifie "oiseaux" en espagnol.

Une fois de plus, nous sommes seuls dans ce petit paradis vénézuélien ; pas un bateau pour nous embêter ! Le décor est magique, des hectares de salicornes s’étendent sur le sol corallien de l’atoll. Des centaines de fous nichent ici, à mon plus grand plaisir !

Je me fais une joie de rester des heures entières à ramper sur un tapis d’herbes douces, et d’approcher les juvéniles, qui ont encore tout à apprendre. Tout comme nous d’ailleurs, car c’est ici que tout commence, et que pourtant tout est ! Rien de plus à faire que d’admirer une nature si belle et si foisonnante. 

Partagez cet article