‹ Retour destination

Tahiti

Publié le 26 janvier 2009 à 0h00

Dans le monde, il y a de nombreux endroits où naviguer en catamaran est un vrai rêve. Mais au seul nom de Tahiti, les yeux s'illuminent d'une lueur unique. Tahiti, c'est vraiment l'endroit où il faut avoir navigué au moins une fois dans sa vie…

Carnet de bord

Comment parler de Tahiti sans utiliser certains poncifs ? Oui, les îles de la Société sont un véritable paradis de la voile. Lagons enchanteurs, fonds marins sublimes, mouillages forains solitaires, tout est ici à portée de main pour les amateurs de belles navigations ou de vacances idylliques sur catamaran. Et puis, il y a aussi le mythe, porté par les grands navigateurs du passé, qui en arrivant sur place, parfois après des années de navigation en ayant supporté une discipline de fer à bord des navires de la Royale, découvraient cet éden et cet accueil légendaire des Polynésiens. Les écrits de Bougainville, les descriptions de Cook ou plus récemment de Moitessier ou d'Alain Gerbault, les aventures des héros de Melville et même Hollywood avec les différentes versions des Révoltés du Bounty font que Tahiti et ses îles ont définitivement une place à part dans l'imaginaire des amoureux de la mer et des bateaux.

Mais le mythe est-il à la hauteur ? Cela vaut-il le coup de passer le pas pour se rendre à l'autre bout du monde pour louer un cata sur place ? Nous avons la réponse : oui, oui et oui !

 

La plupart des loueurs sont situés à Raiatea. A l'intérieur des îles de la Société, la navigation est finalement relativement facile. Les passes sont de mieux en mieux balisées, et une fois dans les lagons, il n'y a alors qu'à profiter de la vie et des mouillages. Evidemment, dans le cadre d'une croisière "relax", l'idéal est la base de départ de Raiatea. En effet, cette île et sa voisine Taha’a sont situées dans un même lagon, ce qui donne une multitude de mouillages sans finalement avoir besoin de sortir en pleine mer. Les équipages peu amarinés en seront ravis… Mais ce serait dommage de se limiter à ce lagon, d'autres merveilles vous attendent plus loin… Pour ceux qui veulent bouger un peu plus, vous pouvez donc envisager d'aller jusqu'à Huahine ou pourquoi pas à Bora-Bora. C'est l'île mythique de la Polynésie. Il s'agit de l'une des plus visitées de l'archipel. Une fois dans le lagon, libre à vous de faire votre parcours… Les mouillages sont nombreux et tous plus beaux les uns que les autres. C'est surtout le cas dans le nord du lagon, qui offre des fonds absolument merveilleux et où l'eau est d'un bleu indescriptible.

 

Plongée : Impossible de se rendre en Polynésie sans profiter de l'incroyable spectacle des fonds marins. Si la pratique du masque palmes et tuba est facile, et vous permettra de découvrir un véritable aquarium à quelques dizaines de centimètres de vos yeux, il serait dommage de se priver d'une plongée (ou plusieurs) en bouteille. De nombreux professionnels sont à votre disposition pour organiser ces plongées. A ne surtout pas manquer !

 

Les baleines : Pendant l’hiver austral, les baleines à bosse viennent accoucher et protéger leurs petits près du récif ou à l’intérieur des lagons. C'est un spectacle, là encore, à ne pas manquer. Mais il faut être très prudent et surtout ne pas déranger ces animaux et leurs baleineaux. Des consignes strictes doivent être respectées, pour leur sécurité comme pour la vôtre.

 

Les perles : Tahiti est célèbre dans le monde entier pour ses fameuses perles noires. On trouve de nombreuses fermes perlières dans les lagons de Raiatea, Tahaa et Huahine. On peut bien sûr les visiter et y acheter directement des perles, dont le prix sera souvent plus intéressant que dans les boutiques.

 

Papeete : La capitale de l'île est bruyante, la circulation y est infernale, et ce n'est sûrement pas ce que vous attendez de la Polynésie. Si vous y naviguez, sachez qu'il y a quand même de beaux mouillages, comme entre la grande île et la presqu'île de Taiarapu (au niveau du musée Gauguin). A Moorea, le mouillage, s'il est magnifique, n'est pas fameux, à moins de prendre la précaution de s'installer à l'entrée est de la baie, sur un fond de sable. Enfin, pour la petite histoire, Cook ne mouilla jamais dans la célèbre baie qui porte son nom, mais dans celle voisine d'Opunohu, lors de son troisième voyage en Polynésie. Il préféra ce mouillage à celui de la baie de Matavai à Tahiti. A vous de voir s’il avait raison…

Itinéraire type

En 8 jours et 7 nuits, vous pouvez tout à fait prétendre visiter Raiatea, Huahine, Taha'a et Bora-Bora. Voici la croisière type au départ de Raiatea :

 

Jour 1 : Raiatea - Taha'a

Après l'accueil à l'aéroport et le transfert vers la marina Apooiti, la prise en main du bateau, l'avitaillement et le briefing, il est temps de prendre la mer en direction de Taha'a. Une petite navigation d'environ une heure et demie dans le lagon, pour prendre vos marques…

 

Jour 2 : Taha'a - Huahine

Il vous faudra entre 5 et 6 heures de navigation pour rejoindre Huahine depuis Taha'a et profiter d'un mouillage enchanteur après avoir visité la baie de Maroe.

 

Jour 3 : Lagon de Huahine

Une journée qui ne sera pas de trop pour découvrir à la fois le lagon et l'île de Huahine…

 

Jour 4 : Huahine - Taha'a

Il est temps de repartir vers Taha'a, et donc pour 5 à 6 heures de navigation… Au programme en arrivant, balade et baignade, exploration du jardin de corail au motu Tautau. Enfin mouillage en baie de Tapuamu avec vue sur un exceptionnel coucher de soleil sur Bora-Bora…

 

Jour 5 : Taha'a - Bora-Bora

A nouveau 5 à 6 heures de navigation vous seront nécessaires pour rejoindre la merveilleuse et si renommée Bora-Bora…

 

Jour 6 : Lagon de Bora-Bora

Bora-Bora, on ne la présente plus : on la découvre et on en profite !

 

Jour 7 : Lagon de Bora-Bora

Une merveille ne se découvre pas en un seul jour…

Ou retour vers Raiatea à la voile.

 

Jour 8 : Bora-Bora ou Raiatea

Dernière navigation, débarquement et transfert aéroport. Si le rêve est fini, il vous reste les souvenirs et, vraisemblablement, l'envie de revenir !

 

Le cas Maupiti : de l'avis général, c'est un lagon merveilleux. Le préféré de nombreux circumnavigateurs ayant bourlingué dans ces eaux magiques. Oui mais voilà, ce lagon est défendu par une passe difficile et dont l'accès est impossible dès que la houle du sud dépasse les 1,50 mètre et que le vent souffle à plus de 20 nœuds… Et quand on dit impossible, c'est vraiment impraticable ! Autrement dit, les loueurs sont assez réticents à l'idée de vous laisser partir là-bas. Dans tous les cas, si le cœur vous en dit, sachez qu'il faut impérativement partir tôt de Bora-Bora (avant 7 heures du matin) pour être sûr de pouvoir revenir de jour dans le cas où la passe ne serait pas praticable.

Pratique

S'y rendre :

C'est simple, c'est au bout du monde. D'Europe, comme des USA, il faudra faire escale à Los Angeles pour ensuite traverser la moitié du Pacifique. Compter d'Europe une vingtaine d'heures de vol, sans compter les escales…

 

Météo :

La Polynésie, c'est quand vous voulez… Les alizés soufflent de manière constante et les températures de l'air comme de l'eau ne varient que très peu. Sachez tout de même qu'il y a deux grandes saisons :

- de novembre à avril, la saison dite des pluies, avec un climat humide et chaud.

- de mai à septembre, la saison sèche, un peu plus fraîche (de 26 à 29 °C) et bien ventée. Les intersaisons, avril - mai et septembre – octobre, sont les mois les plus agréables pour naviguer.

 

Conditions de navigation :

Le plus gros danger vient des patates de corail. Il faut faire attention aux différences de couleurs de l'eau, qui annoncent inévitablement un changement de profondeur ou de nature du sol. Il est donc toujours prudent de naviguer avec le soleil bien haut dans le ciel, et si possible dans le dos. Le soleil couchant est un vrai piège, il masque absolument tout à la surface de l'eau. Sinon, pas de marée (30 cm de marnage) et seul le passage des passes demande un peu de bon sens marin…

 

Formalités :

Passeport en cours de validité. Très peu de problèmes sanitaires, en dehors de la ciguatera, la trop fameuse "gratte", qu'on évite tout simplement en ne consommant pas de poissons pêchés dans les lagons.

 

Monnaie :

Franc Pacifique

Partagez cet article